Au début, la police vint tous les jours...

Publié le par Sandrine

Au début, la police vint tous les jours chez Marie, et la photo de Laura fut publiée en première page des journaux nationaux. Les yeux secs et le cœur brisé, Marie regarda les présentateurs des journaux télévisés lancer des appels à témoin. Des centaines de personnes téléphonèrent pour dire qu’ils avaient vu Laura ici ou là mais aucune des pistes de se révéla concluante. La police avait espéré que les ravisseurs demanderaient une rançon, mais il n’en fut rien. L’été touchait à sa fin. Marie devenait de plus en plus sombre et cherchait sans cesse quelque chose à quoi se raccrocher pour continuer à tenir bon. Ses nuits étaient hantées tantôt de cauchemars, tantôt des souvenirs heureux qu’elles avaient en commun et lui laissaient un goût amer au réveil. Rien ne parvenait à détourner ses pensées de Laura. Seul son travail à l’hôpital arrivait à la soulager. Il était tellement absorbant et exigeant qu’il lui offrait un excellent exutoire, mais un sentiment de culpabilité irrépressible l’étreignait dès qu’elle le quittait. Elle s’en voulait inexplicablement d’avoir abandonné Laura cet après-midi-là et elle oubliait que son métier qu’elle adorait lui imposait des contraintes auxquelles elle ne pouvait ni ne voulait se dérober. Elle se fit la promesse de toujours, toujours veiller sur Laura si par bonheur elle lui revenait.

Commenter cet article