Bastien n’avait pas menti...

Publié le par Sandrine

Bastien n’avait pas menti en lui promettant cinq petites minutes d’attente. Lorsque Justine sonna, elle sursauta néanmoins et prit soudain la pleine mesure de la peur qui l’avait envahie à son corps défendant.
«- Tu es toute pâle. Remarqua Justine en la découvrant quand elle eut ouvert la porte.
-Que se passe-t-il, Léa? Lui demanda Bastien.
-C’est dans la piscine… Commença-t-elle. Sans attendre d’en savoir davantage, Justine et lui s'y rendirent et s'immobilisèrent, saisis par la beauté de ce qu'ils découvrirent.
-Ce sont des petites seiches qui font ça. Leur expliqua-t-elle.
-Je sais. Lui répondit Bastien d’une voix blanche. Elles sont assez communes en
Méditerranée mais elles vivent en eau profonde.
-Regarde! Lui dit Justine. Les points disparaissent…
-Elles sont en train de mourir. Elles n’ont rien à manger alors elles se débrouillent entre elles.
-C’est dommage, c’était magnifique. Regretta Justine.
-Vincent et moi viendrons demain matin pour nettoyer tout ça. Le rêve risque de tourner au cauchemar si nous laissons ces bestioles mariner en pleine chaleur.
-Merci. Je n’y avais pas pensé…
-Elles ont dû être déposées là il y a peu de temps. Nota Justine.
-C’est bien ce qui m’inquiète, je n’ai rien vu ou entendu.
-Tu n’as pas d’éclairage extérieur ? Lui demanda-t-elle en passant un bras autour de ses épaules tout en se dirigeant vers la maison.
-Si mais il ne s’est pas déclenché quand je suis passée. Répondit-elle sans vraiment penser aux conséquences de ce qu’elle venait de dire.
-S’il y avait eu de la lumière jamais nous n’aurions pu profiter de ce spectacle. Remarqua Bastien.
-L’éclairage a donc été coupé volontairement. Conclut Léa.
-Ca me semble évident. Confirma Justine en se passant une main dans son épaisse
chevelure rousse aux boucles soyeuses. As-tu remarqué des traces d’effraction ?
-Non. Lui répondit-elle, brusquement soucieuse à l’idée que quelqu’un puisse d’introduire chez elle sans difficulté.
-Il faudra que tu fasses changer les serrures dès lundi.
-Il faudrait peut-être aussi que je parle de tout ça à la gendarmerie… Suggéra-t-elle.
-Ca ne servira à rien. Répliqua Justine. Il n’y a pas eu d’effraction et je ne pense pas qu’on ait cherché à te nuire. J’ai l’impression que quelqu’un a essayé de te faire un cadeau… Admets que même si la méthode est pour le moins cavalière, le résultat est fascinant.
-Mais je ne connais personne ici à part vous. Protesta-t-elle.
-Alors c’est un admirateur anonyme. Objecta Justine sur le ton de l’évidence. C’est quand même plus élégant qu’un bouquet de fleurs, si belles soient-elles… J’aurais aimé que l’on ait ce genre d’égards pour moi. Lui glissa-t-elle à l’oreille en coulant un regard moqueur vers Bastien. Léa sourit de sa remarque.
-Veux-tu venir passer la nuit à la maison ? Lui demanda-t-il avec une belle spontanéité. Léa rougit, brusquement mal à l’aise face à tant de gentillesse de la part du couple qu’elle ne connaissait en fin de compte que depuis quelques heures et qui semblait l‘avoir adoptée sans la moindre arrière pensée.
-Non, merci. Répondit-elle précipitamment. Justine a raison : je doute qu’on ait cherché à me nuire et je vous ai déjà assez dérangés comme ça.
-Ne dis pas de bêtise. Rétorqua Justine. Il est toujours délicat d’emménager dans une
région où l’on ne connaît personne et il faut bien reconnaître que ton arrivée prend un étrange tournure.
-Ca va aller, je t’assure. Lui dit-elle avec un aplomb qu’elle était loin de ressentir.
-Ferme bien toutes les entrées et laisse les clefs dans les serrures. Lui recommanda Bastien, finalement impuissant devant cet inexplicable événement.
-Et n’hésite pas à nous appeler en cas de problème. Renchérit Justine.
-Merci infiniment.» Leur répondit-elle, sincèrement reconnaissante, avant de refermer
soigneusement la porte derrière eux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article