Caïphe, splendide dans ses vêtements de sacerdoce...

Publié le par Sandrine

Caïphe, splendide dans ses vêtements de sacerdoce, toisait silencieusement Jésus depuis plusieurs minutes déjà. Jésus, impassible entre les gardes qui l’encadraient, ne baissait pas les yeux.
«- Qui sont les hommes qui t’accompagnent? Lui demanda-t-il finalement.
- Pourquoi ne leur poses-tu pas directement la question?
- Pourquoi ne réponds-tu pas s’ils n’ont rien à se reprocher? Que leur as-tu enseigné?
- J’ai toujours parlé au grand jour, j’ai toujours enseigné à la synagogue et dans le temple où tous les juifs s’assemblent et je n’ai rien dit en secret. Pourquoi m’interroges-tu? Demanda à ceux qui ont entendu ce que je leur ai enseigné, eux, ils savent ce que j’ai dit. A ces mots, l’un des gardes perdit son sang froid et le gifla.
«- Est-ce ainsi que tu réponds au grand prêtre? Hurla-t-il à Jésus qui lui souriait.
- Reste à ta place et ne te permets plus jamais ce genre de fantaisie! Le rabroua Caïphe qui n’appréciait guère ce genre de débordement. Jésus, profitant du trouble du soldat, ajouta:
- Si j’ai mal parlé, témoigne de ce qui est mal, mais si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu?
- Ne pousse pas ton avantage. Cet homme a abusé de sa position envers toi, je m’en excuse et je me porte garant de sa sanction. Je remarque cependant que tu parles beaucoup pour ne rien dire. Si tu n’as rien à te reprocher, pourquoi refuses-tu une discussion amicale que Pilate ne t’accordera pas?» Jésus se mura dans un mutisme buté et Caïphe, impuissant à se battre contre un si piètre adversaire, ordonna qu’on le conduisit à Pilate.

Commenter cet article