Comme le lui disait souvent ...

Publié le par Sandrine

Comme le lui disait souvent son épouse en riant, Chazel aurait fait un parfait percepteur des impôts. Des cheveux bruns à la coupe sévère, le teint pâle, de petites lunettes rondes à la monture d’acier, une physionomie sèche, pas la moindre trace d’embonpoint, paraissant ses quarante huit ans. En revanche, l’intérieur de son cabinet contrastait étonnamment avec l’apparence du praticien. Murs pastels, rideaux assortis retenus par de larges embrasses jaunes, un bureau de bois exotique, de hautes plantes vertes aux feuilles exubérantes un vaste fauteuil de cuir crème en face de son fauteuil pivotant, un divan assorti au fauteuil destiné aux patients le dos tourné à la fenêtre.
Lorsque sa secrétaire introduisit Marie, Chazel dévisagea la séduisante jeune femme vêtue d’un classique tailleur marine. Sa silhouette déliée se déplaçait avec aisance. Elle portait un léger maquillage et son nez était constellé de tâches de rousseur minuscules. Des cils noircis soulignaient l’anxiété de ses yeux pâles. Un élastique et quelques épingles maintenaient ses cheveux en un chignon impeccable. Marie répondit sans peine aux questions du docteur Chazel.
«- En effet, Laura était totalement étrangère à celle qu’elle avait été à son retour. Dès le premier jour, j’ai été certaine qu’on avait abusé d’elle sexuellement. Mais je n’ai pas voulu en parler de peur de réactiver sa douleur alors qu’elle semblait se remettre progressivement. Je crois que je m’en serais voulue de lui faire mal. C’est sans doute illusoire mais je me croyais capable de la protéger. La première nuit, elle a refusé de dormir dans sa chambre. Elle évite d’avoir quelque relation que ce soit avec des hommes. Bien qu’elle ne fasse mine de rien en société, je sens bien qu’elle craint les hommes en général.
-Elle a sûrement été examinée après qu’on l’a retrouvée.
-Oui, à l’hôpital.
-Ces dossiers existent sans doute encore. Il faudrait que vous vous les procuriez. Parlez-moi de ces périodes d’absence.
-Elles sont de plus en plus fréquentes. Elle est complètement amorphe, étrangère à tout ce qui l’entoure. Depuis son retour, j’espérais qu’elles s’espaceraient mais c’est exactement le contraire.
-Quelles transformations avez-vous observées dans sa personnalité?
-Si l’on excepte ces périodes, aucune au début. Laura avait un tempérament à la fois timide et extraverti. Ca peut sembler paradoxal. Je crois qu’elle aimait les contacts humains mais qu’elle essayait de surmonter sa difficulté à aller vers les autres. Elle était un peu enfant gâtée, cela ne fait aucun doute, mais elle était très attachante. Après son retour, elle n’a jamais plus passé une nuit dans un autre appartement que le sien. Elle a mis, même si elle s’en défendait, une certaine distance avec ceux qui la côtoyaient. Elle a embauché quelqu’un pour la remplacer à son commerce et s’y rend de moins en moins. Chazel demanda:
-Et sur le plan de sa vie amoureuse?
-Comme vous le verrez, elle est ravissante. Elle n’a jamais manqué de sollicitations. Cependant, elle n’a jamais eu de relation suivie. Toutes ont été d’une brièveté déconcertante. Elle rompait du jour au lendemain sans jamais donner d’explication. Elle n’a pas laissé un homme l’approcher depuis son retour. Elle refuse de parler de ses amours.
-J’aimerais voir Laura demain à quatorze heures.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article