Dans une immense salle bondée...

Publié le par Sandrine

Dans une immense salle bondée, Moïse, droit comme la justice, faisait face à un groupe d’hommes et de femmes disparates. A leur droite, le vizir le toisait avec une sévérité de rigueur. Lorsqu’il avait traversé la salle, escorté par deux policiers en armes, Moïse avait aperçu le visage torturé d’angoisse d’Aaron à qui il avait offert un sourire serein.
«- Moïse, tu es accusé de meurtre sur la personne d’un contremaître et d’avoir pris la fuite une fois ton forfait accompli. Reconnais-tu les faits?
- Oui et non.
- Il faut choisir. Répliqua sévèrement le vizir, qui avait la désagréable sensation d’être pris de haut par cet homme hors du commun.
- J’ai effectivement tué cet homme et il est vrai que je me suis absenté quelques temps mais il convient d’expliquer dans quelles circonstances ces faits se sont produits.
- Tu es ici pour ça.
- Cet homme frappait un ouvrier et je suis intervenu pour le défendre. Fou de rage, le contremaître s’en est pris à moi et en voulant le maîtriser, j’ai perdu le contrôle de la situation et je l’ai tué.
- Cette explication est plausible et nous tâcherons de la vérifier. Ce que je ne m’explique pas, en revanche, c’est ta fuite.
- Ce n’était pas vraiment une fuite. Tuer un homme, même lorsque c’est un accident, créée un choc profond qui fait frémir votre âme. J’avais peur d’affronter les miens, je me sentais bien plus coupable que je ne l’étais et je me suis mis à errer sans but. Je crois même que j’espérais mourir sous l’ardeur du soleil. J’ai ensuite eu le privilège de rencontrer Dieu. J’ai peu à peu remis de l’ordre dans mon esprit et je serais revenu me justifier devant vous si Dieu, dans son immense générosité, ne m’avait pas permis de rencontrer celle qui allait devenir ma femme et de fonder un foyer.
- Dans ce cas, pourquoi es-tu venu tant de temps après?
- Parce qu’ El Shaddai me l’a ordonné. D’ailleurs, je ne me suis caché à aucun moment et j’ai suivi les policiers sans résister lorsqu’ils sont venus m’arrêter.
- Existe-t-il un témoin des faits?
- Oui, l’ouvrier dont j’ai pris la défense.
- Où est-il? Aaron s’éclaircit la voix tout en fendant la foule et s’avança face au vizir.
- Il devait venir mais il a dû avoir un empêchement.
- S’il ne paraît pas devant nous demain, nous engagerons des recherches mais je ne te cache pas que Moïse sera alors dans une situation délicate.
- Il viendra. Affirma tranquillement Moïse.
- Nous verrons. Trancha fraîchement le vizir. La séance est ajournée.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article