De l'avis des fidèles...

Publié le par Sandrine

De l'avis des fidèles, ce soir-là eut lieu le plus beau discours jamais prononcé par aucun d'entre eux. L'orateur descendit la volée de marches sous les applaudissements admiratifs de ses coreligionnaires. Quelques-uns s'agitaient déjà sur leurs chaises pour regagner leurs domiciles après cette magnifique soirée de prière quand Edouard s'empara du micro.
"S'il vous plaît, s'il vous plaît!", demanda-t-il avec véhémence pour regagner l'attention de l'assemblée.
" Encore un instant, je vous prie."
Peu à peu, le calme revint et les visages se tournèrent vers lui.
" Comme vous le savez sans doute, nous déplorons hélas le décès brutal de deux d'entre nous: le frère Schmit et notre jeune soeur Sophie Dugas, paix à leurs âmes! Alors que je préparais la salle pour la réunion de ce soir, deux gendarmes sont venus m'expliquer de quoi il retournait exactement."
Un murmure courut parmi les fidèles. Edouard serra ses petits poings dodus pour se donner le courage d'aller jusqu'au bout du discours qu'il avait minutieusement préparé et qu'il avait totalement oublié sous la pression des regards posés sur lui.
"Nos deux amis ont été sauvagement assassinés", lâcha-t-il dans un souffle. Des interjections scandalisées fusèrent aussitôt de toutes parts. Dans le fond de la salle, légèrement en retrait, un homme et une femme se tenaient la main, leurs doigts étroitement enlacés, ils observaient la scène, les yeux luisants.
" Chers amis, chères soeurs, chers frères, je vous en prie! Ecoutez-moi jusqu'au bout : ce que j'ai à vous dire est de la plus haute importance et vous concerne tous! Vous vous doutez bien que les gendarmes ne se sont pas déplacés pour cette raison: ils sont dans une impasse, leur enquête piétine... ils savent pertinemment en revanche qu'une troisième victime succombera le vingt-cinq de ce mois. Seuls quelques jours nous séparent de ce nouveau drame et ils sont dans l'incapacité d'empêcher cet être malfaisant de nuire à nouveau d'ici-là. En revanche, ils savent qui est susceptible de tomber entre ses mains... cette personne est parmi nous, mes amis!"
Un frisson de peur balaya l'assistance dont l'attention lui était à présent totalement acquise. Grisé, il poursuivit avec force.
" C'est peut-être un ami, un mari, un fils, un frère... vous, moi? Nous avons, grâce à Dieu, un moyen de déterminer qui est particulièrement menacé parmi nous. Que tous ceux dont l'âge ou la somme des deux chiffres qui le composent correspondent à sept soient extrêmement vigilants! Evitez à tout prix de sortir de chez vous avant que la date fatidique ne soit passée!"
Quelques mères pressèrent leurs enfants contre elles.
" Le monde gît au pouvoir du méchant! La Bible le proclame depuis la création. Aujourd'hui, il vient frapper jusque dans nos foyers pour tenter de nous faire abdiquer notre foi. Sachons lui résister! N'oubliez pas: le Seigneur est mon berger, il ne saurait m'abandonner! Voyez combien nous avons raison de placer notre foi en Jéhovah: par l'entremise de deux gendarmes, il vient de nous communiquer le moyen de nous soustraire aux griffes du Malin. L'amour de Jéhovah pour ses enfants humains est infini, réfugiez-vous en lui, priez-le avec humilité, obéissez-lui aveuglément et vous serez sauvés! Merci."
Edouard se recueillit silencieusement quelques instants, comme pour retrouver son calme après un effort intense et s'éclipsa.

Lire la suite: La porte du bureau s'abattit

Publié dans La Clef de sept

Commenter cet article