De retour chez monsieur Petit...

Publié le par Sandrine

De retour chez monsieur Petit, accompagnés de deux policiers de la brigade scientifique, Jacques et Nathan assistaient, impuissants, à l'examen méticuleux de la maison.
"Petit a cinquante-deux ans et Nogens quarante et un. Je ne vois vraiment pas le rapport avec sept, conclut Jacques.
- Qui plus est, ils n'ont jusque là assassiné qu'une victime à la fois. Ce n'est pas cohérent. Les seuls éléments qui relient les disparus à nos tueurs sont leur appartenance à cette secte et la date de leur disparition, le vingt-cinq. C'est un peu maigre...
- Il doit pourtant y avoir un lien, insista Jacques, têtu. Nous ne le voyons pas, mais il y en a forcément un!
- Attends un peu... cinq et deux donnent sept!
- Oui mais quatre et un donnent cinq. Ca ne colle pas.
- Cinquante deux divisés par sept... sept virgule quarante et quelque. Ca ne marche pas non plus.
- Je ne crois pas que ce soit basé sur les multiples.
- Cinq par deux donnent dix, quatre par un donnent quatre...", Nathan soupira, désespéré.
Jacques demeura muet quelques secondes.
"Attends! s'exclama-t-il brusquement.
- Quoi?
- Je crois que j'ai compris!
- Alors explique-moi, parce que je suis perdu.
- Dix et quatre?
- Quatorze.
- Divisé par deux?
- Sept!
- Ce n'est pas fini... sept divisé par un?
- Sept...
- Combien sont les tueurs?
- Deux.
- Comment se décomposait l'âge de la première victime?
- Deux sept."
Le sourire aux lèvres, Jacques opina.
"Bon Dieu! Deux sept parce qu'ils sont deux à jouer avec la table de sept! Ils nous ont donné la clef au premier meurtre!"

Lire la suite:Marie-Anne se préparait à passer

Publié dans La Clef de sept

Commenter cet article