Gérard eut un hoquet de surprise...

Publié le par Sandrine

Gérard eut un hoquet de surprise quand il la vit. Elle était là, juste derrière la haie et pourtant ce n’était pas possible. Elle était debout au bord de la piscine, une main en visière sur les yeux et regardait le paysage. Une voix d’homme retentit.
Il vit son visage lorsqu’elle se tourna pour rentrer. Il lui ressemblait terriblement mais c’est quand il vit ses yeux qu’il comprit que cette femme n’était pas Léa. Une aura plus mystérieuse, plus combative, se dégageait de celle-ci. Elle était parfaite et la tentation était grande. Ce n’est pas le moment. Se dit-il. Pas encore. Il se sentait pourtant oppressé. Une sorte d’urgence, de frénésie créatrice s’emparait de lui et il n’était pas sûr de pouvoir la dompter aussi longtemps que nécessaire. L’opération s’avérait plus délicate que les fois ^précédentes mais cela ajoutait une délicieuse exitation à l’aventure et la rendait sublime et irrésistible.
« - Il t’a vue? Lui demanda Serge en prenant soin de fermer la porte vitrée.
- Je crois. Je n’ ai rien vu ou entendu mais j’ai eu une drôle de sensation. C’était comme si on m’avait passé un glaçon dans le dos. Je comprends que Léa se soit méfiée de lui dès le premier regard.
- Nous l’aurons. Stéphane doit me rappeler dans dix minutes.
- Si le gendarme savait…
- Il serait fou de rage!
- Il n’aurait peut-être pas tort. Conclut-elle, pensive.
- Sylvie, si tu as le moindre doute, on arrête tout et on rentre à la maison.
- Je dois à ma sœur d’aller jusqu’au bout.
- Léa aurait compris. Lui assura-t-il avec douceur.
- Elle a eu la force de l’affronter jusqu’au bout. Je le ferai et tu le sais. » Il la regarda plus intensément. Elle l’impressionnait et l’effrayait tout à la fois. Son calme apparent était trompeur et il redoutait l’éruption du volcan qui bouillonnait au fond d’elle. Il avait décidé de l’aider dans sa folle entreprise faute de savoir comment l’en dissuader. Il l’aimait trop pour prendre le risque de la perdre et cette seule pensée le rendait fou. Aurait-il assez de maîtrise pour ne pas supprimer sans autre forme de procès la source du danger qui la menaçait? Seul le profond respect qu’il avait pour elle l’en retenait et il priait pour que ce soit suffisant.
« - Allô, Serge, c’est Stéphane. Serge sourit. Son accent traînant annonçait son ami suisse dès la première syllabe et il se moquait intérieurement de son entêtement à se présenter.
- As-tu reçu la lettre que je t’ai adressée?
- Oui, et c’est avec plaisir que je t’aiderai. J’aimais beaucoup Léa et je suis désolé de ce qui lui est arrivé. Sylvie tient le coup?
- Oui, amis il vaudrait mieux que ça finisse vite.
- On va surtout tout faire pour que ça finisse bien, mon vieux. J’espère simplement que je serai assez bon comédien pour qu’il ne flaire pas l’arnaque à des kilomètres.
- Ca, nous ne le saurons jamais si nous ne tentons pas le coup.
- Je l’appelle immédiatement et je te téléphone tout de suite après pour te faire mon rapport.
- Je te dis merde. »

Commenter cet article