J’ai de très bonnes nouvelles pour vous...

Publié le par Sandrine

«- J’ai de très bonnes nouvelles pour vous, Madame Bouvier. Commença le gendarme qui l’avait reçue lors de la précédente visite.
- Je vous écoute.
- Lors de ses aveux, Madame Hugue a totalement blanchi Monsieur Stéfani. C’est votre époux, n’est-ce pas?
- Mon ex-mari, oui. Précisa-t-elle avec autant de joie que de regrets.
- Elle nous a expliqué que son fils écoulait sa marchandise dans divers cabinets médicaux français. Votre époux ayant vu par hasard quelle étrange médication son collègue prescrivait à ses patients et l’ayant menacé de nous avertir s’il ne s’arrêtait pas immédiatement a été lui-même dénoncé pas son confrère qui avait pris soin de nous laisser toutes les preuves dont nous avions besoin pour le neutraliser. Pour être sûr que nous ne doutions pas de sa culpabilité, il a poussé le zèle jusqu’à le droguer à son insu. J’ai déjà averti mes collègues de Nantes qui doivent être sur le point de
l’appréhender et de faire le nécessaire pour que Monsieur Stéfani soit relâché.
- Quand sera-t-il libre?
- D’ici quarante heures. Tout est fini, Madame Bouvier.
- Non, je me permets de vous rappeler que quelqu’un a essayé de me tuer et que Madame Hugue refuse d’endosser cette accusation. Je veux bien vous accorder que nous avons bien avancé mais ce n’est pas terminé.
- Elle avouera ça comme le reste ce n’est qu’une question de temps.
- Elle ferait un coupable idéal mais elle n’arien à se reprocher à ce sujet. Répliqua Antoine. Nous vous remercions pour tout ce que vous avez fait et allons vous quitter, Madame Bouvier est blessée et a besoin de repos.»

Commenter cet article