Jésus, assis dans la synagogue...

Publié le par Sandrine

Jésus, assis dans la synagogue, prêchait sous l’œil réprobateur des pharisiens.
«- Si ton frère vient à pêcher, va le trouver et reprends-le, seul à seul. S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends encore avec toi deux ou trois autres, pour que toute affaire soit décidée sur la parole de deux ou trois témoins.
Que s’il refuse de les écouter, dis-le à la communauté. Et s’il refuse d’écouter même la communauté, qu’il soit pour toi comme le païen et le publicain. En vérité je vous le dis: tout ce que vous lierez sur la terre sera tenu au ciel pour lié, et tout ce que vous délierez sur la terre sera tenu au ciel pour délié.
- Mais ce que tu instaures n’a rien de nouveau! Lui jeta un pharisien. Cela existe déjà et se nomme le sanhédrin! Si, comme tu le prétends, tu es Fils de Dieu, que ne fais-tu mieux que nous plutôt que de copier ce que nous faisons pour te l’approprier! Tonna-t-il finalement, avant de s’éloigner, écoeuré que les gens puissent se laisser prendre aux paroles vides de sens de ce fanfaron. Jésus ne lui accorda pas un regard et poursuivit son sermon, imperturbable.
- De même, je vous le dis en vérité, si deux d’entre vous, sur la terre, unissent leurs voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon père qui est aux cieux. Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux.
- Hypocrite! Cracha un scribe. N’es-ce pas toi, il y a quelques jours seulement, qui les exhortait à prier en secret? Ne leur as-tu pas dit mot pour mot:«Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites: ils aiment, pour faire leurs prières, à se camper dans les synagogues et les carrefours, afin qu’on les voie. En vérité je vous le dis, ils tiennent déjà leur récompense, pour toi, quand tu pries, retire-toi dans ta chambre, ferme la porte sur toi et prie dans le secret, et ton père, qui voit dans le secret, te le rendra.» Dis-moi, que sont deux vérités contradictoires, si ce n’est un mensonge? Tu devrais cesser de parler et réfléchir un peu! Alors, Pierre, menaçant, se leva et s’avança vers le scribe tout en demandant à Jésus:
- Seigneur, combien de fois mon frère pourra-t-il pêcher contre moi et devrai-je lui pardonner? Irai-je jusqu’à sept fois? Auquel cas le compte est épuisé. Jésus, impassible, lui répondit en souriant:
- Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante dis sept fois.
- Ca ne saurait tarder.» Maugréa-t-il en lançant un regard assassin au scribe avant de reprendre place auprès de Jésus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article