Julien entra en trombe dans l’infirmerie...

Publié le par Sandrine

Julien entra en trombe dans l’infirmerie, fou de joie.
«- Je t’ai cherchée partout. C’est merveilleux, Sonia! Nous avons gagné!
Je ne sais pas pourquoi ni comment et je m’en fiche, mais ils s’effondrent raides morts les uns après les autres. Nous avons gagné! Répéta-t-il plus fort en la prenant dans ses bras. Sonia s’en dégagea, le visage défait. Qu’est-ce qui se passe? Lui demanda-t-il, prenant brutalement conscience de la douleur incompréhensible de sa compagne.
-Yannis est mort. Laissa-t-elle tomber, la voix brisée.
-C’est impossible! Protesta-t-il avec véhémence. Tu sais bien qu’il est immortel… Poursuivit-il avec douceur.
-Tout comme les rats. Répliqua-t-elle d’un voix blanche.
-Emmène-moi le voir.» Conclut-il, penchant entre l’incertitude et la tristesse. Sans un mot, elle déposa l’enfant qui venait de s’endormir paisiblement dans les bras d’une infirmière qui se trouvait au chevet de Vladimir endormi après les éprouvants soins quotidiens qu’il endurait avec un courage admirable et le précéda d’un pas traînant jusqu’à la nurserie. Gênée et effrayée, elle hésitait à pousser la porte, caressant le bois brut du bout des doigts que Julien recouvrit de sa main avant d’ouvrir d’autorité. Rayonnante, Séréna serrait toujours son petit fils contre elle. Yannis tourna la tête vers le couple qui venait d’entrer et lui sourit chaleureusement. Pétrifiée, Sonia blêmit violemment et se serait évanouie si Julien n’avait pas passé un bras protecteur autour de ses épaules, tentant de la soutenir malgré le trouble qui l’agitait lui-même.
«- C’est bien moi, Sonia. Lui dit-il avec douceur, profondément touché par sa pâleur. Nous avons gagné! S’exclama-t-il, espérant revenir à quelque chose de plus optimiste.
-Tu as bien failli me tuer ! Répliqua-t-elle, ivre de joie bien qu’encore incrédule. Ce reproche sonna aux oreilles du jeune homme comme les mots d’amour qu’il avait toujours rêvé d’entendre franchir les lèvres maternelles.
-Je vous expliquerai tout plus tard mais il faut impérativement que Julien nous injecte à
tous les quatre une dose du liquide qui se trouve dans le serpent. Tout de suite!
-Il est dans le laboratoire. Peux-tu marcher?
-Je vais bien.»

Commenter cet article