Julien semblait perplexe...

Publié le

Julien semblait perplexe, penché sur le rapport d’autopsie de ses collègues. Séréna toussa pour l’avertir de leur présence. Il referma le document d’un geste machinal et se tourna vers eux.
«- Ont-ils trouvé quelque chose? Demanda aussitôt Sonia.
-Oui.
-Raconte.
-L’os syphoïde est beaucoup plus courbé que le nôtre, comme nous nous y attendions.
-Tu as l’air contrarié alors que tu devrais être fou de joie. Tu as à présent la preuve matérielle qui démontre la théorie élaborée par ta mère. Que te faut-il de plus?
-Qu’elle n’entraîne pas les mêmes conséquences que E= MC2!
-Croyez-vous qu’il vaille mieux mourir dans l’ignorance que de se préparer au combat dignement? L’interrogea Séréna.
-Si au moins nous avions ne serait-ce que l’ombre d’une chance… Nous avons des millénaires de retard sur eux et sept décennies au mieux pour les surpasser! C’est du suicide!
-Nous n’avons plus soixante dix ans devant nous. Intervint Yannis. Ils ont dû s’apercevoir de la disparition de Sarah et ils ont déjà dû en tirer les conclusions qui s’imposent. Effarés, ils le regardèrent fixement, surpris par la pertinence de sa réflexion et un peu vexés de ne pas y avoir pensé eux-mêmes.
-C’est donc une bonne raison pour mettre les bouchées doubles.
-Nous ne pouvons faire plus que ce que nous faisons déjà. Trancha Julien en se passant la main sur le visage.
-Reprenez-vous. J’ai la sensation que demain nous apportera une bonne nouvelle…
-Je crois que je suis simplement un peu fatigué.
-As-tu appris quelque chose d’autre? L’interrogea Sonia, désireuse de diluer cette vague de découragement dans une activité salutaire.
-Oui. Aucune nouvelle zone ne s’est créée dans leur cerveau. Il se trouve que certaines zones telles que celles qui régulent les émotions, le rêve et la libido sont terriblement atrophiées. En revanche, toutes les zones touchant au traitement de l’information, à la mémoire et à l’apprentissage sont démesurées. Je ne peux pas le jurer pour l’instant, mais j’ai la sensation qu’ils ont eux-mêmes modifié leur génome. La courbure de l’os ne justifie pas des changements aussi prononcés.
-Seule Sarah peut nous éclairer sur les facultés qu’ils ont développées.
-Méfiez-vous d’elle, Sonia. L’avertit Séréna. Elle n’est pas fiable. La seule chose qui pourrait l’inciter à vous délivrer des informations sérieuses à leur sujet serait que sa haine envers eux soit plus forte que celle qu’elle vous porte.
-J’en suis consciente. Je m’interroge à son sujet.
-Je partage vos interrogations. Ne prenez aucune décision la concernant sans m’en avoir parlé au préalable. Sonia lui adressa un regard qui lui confirma qu’elle avait saisi ce que Séréna ne disait qu’à demi mot.
-Il faut battre le fer quand il est chaud… Je vais la voir. Conclut-elle.
-Nous venons avec vous.» Décida Séréna qui s’attendait à une protestation qui ne vint pas.

Commenter cet article