Le jour se leva sur un spectacle de désolation...

Publié le par Sandrine

Le jour se leva sur un spectacle de désolation encore plus accentué que la veille. Le temps s'était mis au diapason et de lourds nuages gris plombaient le ciel de Marseille. Pas un bruit ne filtrait par la fenêtre grande ouverte. Se sentant oppressée, Samira alluma la télévision.
Deux éminents sociologues étaient confrontés en un débat qui demeurerait évidemment stérile.
"... Un rapport des renseignements généraux affirme, contrairement aux déclarations de nombreux responsables politiques, que la révolte des banlieues n'a été ni organisée ni manipulée par des groupes, qu'ils soient maffieux ou islamistes. Dans ce rapport confidentiel, partiellement rendu public hier, on apprend que la raison de ce mouvement de révolte populaire était en fait une action sociale d'exclus de la société française.
- Donc, évidemment, on nous mentirait?
- Pauvreté, discrimination, absence de prespectives dans la société française, perte de confiance totale envers la République, , les raisons invoquées dans le rapport des RG n'ont rien à voir avec les manipulations islamistes ou mafieuses évoquées par certains hommes politiques. S'il est inconcevable que le Ministre de l'intérieur ait pu ignorer ce rapport des RG, ses positions ont de quoi surprendre. Pointerait-il du doigt ces fausses raisons pour mieux justifier sa politique de sécurité et d'immigration.
- Naturellement, selon vous, tout ceci n'est qu'une stratégie présidentielle?
- Il est impossible de lire l'action politique du Ministre autrement qu'à travers le prisme présidentiel, on peut même se demander si la désignation de ces faux coupables idéaux ne viserait à jouer avec les peurs des Français. Dans quel but, mon cher? Parce que la stratégie de la peur s'est toujours avérée payante! Comment expliquer autrement qu'il prenne tant de plaisir à se faire filmer au coeur de l'action? Pourquoi y retourne-il encore ce soir selon mes informations alors qu'il incarne toute cette autorité et toute cette bourgeoisie bien pensante que les jeunes haïssent? Pourquoi met-il sans cesse de l'huile sur le feu alors que le mouvement s'éteindrait de lui-même si on le laissait pourrir?..." Ils continuaient à s'invectiver copieusement mais déjà Samira ne les écoutait plus. Son coeur battait à tout rompre. Si comme tout un chacun se plaisait à le dire et comme elle le pensait elle aussi, elle était au centre d'une bataille médiatique qui servait les intérêts de ses adversaires tous réunis et aussi différents que soient leurs intérêts, il ne lui restait plus qu'une voie d'action, les décridibiliser un à un et jeter leur vanité à la face de la population. C'était sans doute peu de choses, ça ne lui rendrait ni Gauthier, ni son honneur, ça ne sauverait pas le monde, mais sa vengeance ne pouvait s'accomplir que par ce biais.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article