Le serrurier poussa la porte...

Publié le par Sandrine

Le serrurier poussa la porte avec un petit air victorieux et s'effaça pour livrer le passage aux deux hommes. Ils pénétrèrent dans un appartement de taille modeste, impeccablement tenu, aux meubles de chêne patinés par le temps, aux murs recouverts de tapisserie fleurie de style délicieusement suranné. Jacques s'approcha du buffet et s'empara d'une photo de femme qu'il observa quelques instants: ses yeux et l'expression de sa bouche ressemblaient à ceux de Nadine Lorgues. Il s'agissait sans nul doute de sa mère. Il reposa respectueusement le cadre argenté et se retourna vers Nathan. Celui-ci s'adonnait à la fouille méticuleuse d'un petit secrétaire dont il avait déjà extirpé une pile d'une vingtaine de lettres auxquelles vinrent se joindre un petit répertoire téléphonique à la couverture bordeaux. Jacques délaissa la silhouette carrée de Nathan pour se rendre à la bibliothèque. Il laissa courir son doigt et ses yeux sur les tranches des livres soigneusement alignés. A défaut d'avoir la même philosophie, le père et la fille partageaient l'amour des livres. Le choix de ceux-ci sembler refléter une personnalité éminemment raisonnable: ouvrages scientifiques, historiques,biographies... Jacques allait se détourner de cet étalage digne d'une librairie quand son regard buta sur un titre marqué en lettres dorées sur une reluire de cuir noir. Le plus grand homme de tous les temps. Alexandre le Grand? César? De Gaulle? Intrigué, Jacques fit basculer d'un doigt le livre dans sa main et l'ouvrit, avide de démasquer ce soi-disant grand homme. Il tournait les pages, au petit bonheur la chance, et parcourut le texte en diagonale à la recherche d'un nom connu. Eberlué, il poursuivit sa lecture une minute pour s'assurer de ce qu'il avait lu. Pas de doute... Jésus! Parmi tous ces ouvrages rationalistes, un ouvrage sur le Christ avait de quoi laisser pantois. Quelque chose avait dû se passer pour que cet homme consente à posséder un livre pareil. Il consulta la dernière page pour obtenir une information sur l'organisme qui l'avait publié : les Témoins de Jéhovah!
" Nathan! Regarde un peu ça!
- Qu'est-ce que c'est? demanda-t-il un peu irrité de voir sa fouille interrompue. Il lut simplement le nom de l'éditeur et sa physionomie se transforma sous la surprise. Nom d'un chien! Ca ne cadre pas avec le bonhomme!
- C'est le moins qu'on puisse dire!
- Attends.", lui intima-t-il brusquement.
Jacques le regarda sortir de la pièce avec vivacité. Nathan poussa plusieurs portes avant d'ouvrir celle qui donnait sur la chambre à coucher. Décidé, il se rendit droit à la table de chevet. Sur le bord de celle-ci, un petit livre à chemise cartonnée trônait, saluant son intuition. La prophétie de Daniel. Il consulta le nom de l'éditeur, par acquit de conscience, et c'est sans surprise qu'il découvrit le nom des Témoins de Jéhovah. Il revint au salon et lança le livre à Jacques qui l'attrapa au vol.
" Comment as-tu su qu'il y en avait un autre?
- Je ne le savais pas. Je voulais juste m'assurer du moment où ces énergumènes l'ont contacté. Visiblement, c'était peu de temps avant sa mort...
- Cette histoire est en train de prendre une tournure franchement déplaisante. Avoir ces gens dans les parages n'indique rien de bon, marmonna-t-il en se grattant la tempe.
- Doucement, Jacques! Pour l'instant ça signifie simplement qu'un évènement l'a suffisamment fragilisé psychologiquement pour qu'il accepte de les recevoir. Et au cas où tu ne le saurais pas, les Témoins ne portent pas de robe de bure et prêchent la non-violence.
- Sans doute, mais les adeptes de cette secte ne sont pas réputés pour leur équilibre mental!
- Patience. S'ils ont quelque chose à voir là-dedans et que nous devions les affronter, il va nous falloir un dossier en béton armé! Gardons cette piste sous le coude et tâchons de trouver des éléments plus objectifs.
- Les médias vont adorer!
- Ne parle pas de malheur! J'espère que ces vautours auront d'autres chats à fouetter que de nous mettre des bâtons dans les roues, rétorqua Nathan.
- Nous ferions mieux d'emporter ça au bureau pour y réfléchir tranquillement."

Lire la suite: Nathan?

Publié dans La Clef de sept

Commenter cet article