Moïse, face au conseil qui l’avait convoqué...

Publié le par Sandrine

Moïse, face au conseil qui l’avait convoqué, les dominait de toute sa hauteur, les toisant d‘un regard où une joie mauvaise apparaissait sans qu‘il cherchât à la dissimuler. Son retour avait semé le trouble dans l’esprit de beaucoup.
Ils se souvenaient de l’exode qu’il leur avait proposé et, depuis que leurs conditions de vie s’étaient dégradées sans qu‘aucune explication ne leur soit donnée à ce sujet, leur refus les rendait amers. Face à lui, Aaron semblait tendu. Il savait que cette confrontation était décisive.
«- Pourquoi as-tu pris le risque de revenir, Moïse? Lui demanda l’un des anciens.
- J’ai rencontré El Shaddaï dans la montagne. Il m’a enseigné et m’a chargé de vous faire sortir de ce pays inhospitalier pour bâtir une nation pour son nom.
- Nous en avons déjà discuté. Nous ne quitterons pas l’Egypte. Répliqua fermement l’ancien, désireux de couper court à toute polémique.
- Ce que tu souhaites n’a aucune importance au regard de Dieu. Il l’a ordonné, vous lui obéirez.
- Qu’est-ce qui te permet d’affirmer qu’El Shaddaï s’est adressé à toi, si misérable?
- J’ai d’abord vu un signe de sa présence: un buisson s’est embrasé mais ne se consumait pas. Quand je m’en suis approché, une voix comme on n’en a jamais entendu m’a ordonné de me déchausser car le lieu de ce miracle était sacré. Un murmure stupéfait s’éleva dans la salle. Il m’a dit qu’Il voyait quel sort on réservait à ses enfants en Egypte et m’a ordonné de vous conduire hors de ce pays pour vous établir sur une terre qu’il vous réserve de toute éternité pour que vous lui rendiez un culte perpétuel et viviez selon lès règles qu‘il a prescrites à nos ancêtres et non en vous souillant en vivant au contact de divinités étrangères.
- Mais enfin, Moïse, pourquoi veux-tu que nous quittions un pays qui nous a accueillis quand nous avions faim, qui nous a parfaitement intégrés et nous laisse pratiquer librement notre religion?
- Parce qu’ils ont déjà porté atteinte à vos fils et vous ont réduits en esclavage sans que vous ne vous en rendiez compte. Les membres du conseil se regardèrent, ébranlés. Il leur dévoilait une triste réalité qu’ils tâchaient d’ignorer depuis des années, peu désireux de s‘engager dans un avenir plus qu‘incertain en ces périodes de troubles incessants.
- Tes arguments ne manquent pas de poids mais il nous faut plus de temps pour réfléchir.
- Je suis confiant. Il m’a envoyé à vous pour vous guider jusqu’à la Terre Promise et il ne saurait en être autrement.»

Commenter cet article