Nathan eut une seconde d'hésitation...

Publié le par Sandrine

Nathan eut une seconde d'hésitation avant d'appuyer sur la sonnette à demi dissimulée derrière la feuille d'une énorme bougainvillée. Une femme à l'air hagard lui ouvrit. En découvrant l'uniforme, une lueur de panique passa dans son regard, lui rendant un peu de vie.
"Bonsoir, madame. Nous sommes désolés de vous déranger à cette heure, mais nous avons à vous parler.
- Entrez."
Les deux hommes s'engouffrèrent à sa suite dans le salon où régnait un désordre indescriptible. Jacques et Nathan se regardèrent, complices. Jacques se baissa et ramassa un morceau de livre qu'il mit sous le nez de madame Dugas totalement désemparée, tout en lui souriant. Puis, désignant d'un mouvement de la tête les nombreux livres disloqués qui jonchaient le sol et recouvraient les canapés, il lui demanda avec douceur:
"Qu'est-ce qui se passe?"
Butée, Rachel ne répondit pas. Nathan dégagea un canapé, et, la prenant par les épaules, l'obligea à s'asseoir. Jacques s'accroupit devant elle et l'obligea à le regarder.
"Où est votre mari, madame Dugas?"
Hébétée, elle lui répondit d'une voix pâteuse.
"Il est allé voir une amie. Il ne devrait plus tarder.
- Vous allez mal et vous avez besoin d'aide. Vous vous en rendez compte, n'est-ce pas?"
Silencieusement, elle hocha la tête et deux grosses larmes roulèrent sur ses joues.
"J'appelle le médecin, annonça Nathan.
- Pourquoi avez-vous déchiré ces livres?
- Ils sont abjects! siffla-t-elle, haineuse. C'est une secte! Nous ne nous sommes rendus compte de rien, de vrais moutons de Panurge! Il aura fallu la mort de Sophie pour que nous ouvrions les yeux! Si seulement nous nous en étions aperçus plus tôt, elle serait encore avec nous! Elle n'avait que sept ans... elle a payé pour notre aveuglement, je ne me le pardonnerai jamais! Oh, si vous saviez combien je les hais!
- Calmez-vous. Vous n'avez rien à vous reprocher. Le médecin va arriver..."

Lire la suite: Que se passe-t-il

Publié dans La Clef de sept

Commenter cet article