Pas volée, empruntée!

Publié le par Sandrine

Bernard, Solange, Cécile, Linda, Claire, Henri et Mathias sont sur le point d’entrer dans la maison.Bernard.
Puisque je te dis que je l’avais garée devant la haie! Je ne suis pas fou, tout de même! On me l’a volée!
Cécile.
Pas volée, empruntée! Tu n’es pas partisan du partage des richesses, toi?
Bernard.
Regarde! La porte est ouverte.
Cécile.
Et alors, la maison a été visitée, voilà tout! Puisqu’elle est ouverte, qu’attends-tu pour entrer?
Bernard.
Il ne faut pas. Nous risquerions de détruire des preuves… Il faut appeler la police.
Cécile.
Oui. Et le téléphone est à l’intérieur! Quant aux preuves… Y a-t-il seulement une gendarmerie dans ce patelin?
Claire.
Moi, je rentre! Il faut avant tout faire le bilan de ce qui a été volé.
Bernard.
Ca, je le sais déjà: ma voiture!
Cécile.
Ah, je me souviens maintenant… Lénine est mort de rire en pensant à la bonne blague qu’il faisait au monde avec sa théorie du partage!
Bernard.
Je ne te permets pas! C’était un grand homme! Tu ne respectes décidément rien. Insulter un mort…
Cécile.
Tu insultes bien le bon sens, toi!
Finalement, Cécile entre et les autres lui emboîtent le pas.Claire.
J’appelle immédiatement les forces de l’ordre!
Cécile.
C’est ça, ils vont t‘envoyer un car de C R S! Bon, moi, je suis épuisée… Je vais me coucher.
Claire.
Seule! C’est à marquer dans les annales…
Cécile.
Un éminent psychiatre disait que lorsqu’on critique un trait de caractère chez autrui, c’est qu’inconsciemment on sait le posséder soi-même mais qu’on le refoule faute de pouvoir l’assumer… Je te souhaite une nuit pareille aux autres, Claire: paisible et délicieusement ennuyeuse!
Claire.
Mon mari peut sortir la tête haute, je suis une femme fidèle, moi!
Cécile.
Si avant je ne faisais que m’interroger sur cette bizarrerie, aujourd’hui je sais que le mystère demeurera…
Henri.
Etes-vous donc totalement étrangère aux bonnes manières?
Cécile.
Aux vôtres, oui. Il me semble d’ailleurs que ça ne vous a pas déplu…
Henri.
Harpie!
Claire.
Idiot!
Cécile éclate de rire et monte à l’étage.
Bernard.
En fin de compte, je crois que nous avons eu notre compte d’émotions pour la journée… Je vous souhaite une bonne nuit.
Il quitte la pièce, suivi de Solange et de Linda.Claire.
La chambre d’ami est libre, Henri. Tu n’auras pas à te plaindre de mon agitation nocturne avant longtemps! Se tournant vers Mathias. Qu’est-ce que tu fais encore planté là, toi? File te coucher!
Le père et le fils, penauds, quittent la pièce. Claire attend quelques instants, l’oreille aux aguets, pour s’assurer que personne ne redescend. Rassurée, elle se précipite sur sa mère pour vérifier que la bague n’a pas été dérobée. Avec un soupir de soulagement, elle la découvre, intacte. Elle s’apprête à renouveler sa tentative de vol mais Mémé se met à bouger le doigt. Le tableau glisse, Mémé apparaît.Mémé.
Que dis-tu de ça, ma belle? Pas même un petit cri pour me faire plaisir?
Claire hausse les épaules, remet les mains de sa mère dans leur position initiale.Claire, soupirant.
J’ai vraiment besoin de sommeil…
Mémé.
Hé, tu ne vas quand même pas partir comme ça! Je suis vivante! Tu entends, fille indigne: je suis vivante!

Commenter cet article