Quelque chose dans ce qu’il venait d’écrire...

Publié le par Sandrine

Quelque chose dans ce qu’il venait d’écrire dérangeait profondément Sébastien.
Ce n’étaient certes pas les propos qu’il avait mis dans la bouche du pharisien, il était évident dans leur façon d’écrire que les auteurs des évangiles avaient privé les opposants à Jésus d’un droit de réponse qu’ils s’étaient vraisemblablement arrogés. Il n’avait fait que rétablir un équilibre que les propos de Jésus ne suggéraient que trop. Non, c’était autre chose… Ce débat contradictoire résonnait étrangement en lui, il avait un aspect terriblement… Actuel! Soudain, il comprit. Il savait pourquoi Jésus avait réussi à drainer tant de monde dans son sillage. Oui, Jésus était bien un visionnaire, mais en aucun cas celui que l’on croyait! Moïse avait instauré une monarchie, l’époque des juges était une période de tyrannie et Jésus, bien involontairement, avait inventé la démocratie! Ce débat entre le pharisien et lui n’était ni plus ni moins qu’un débat électoral et c’est pour ça que les propos de ce prophète autoproclamé généraient encore un tel écho dans l’esprit des multitudes. «Faites donc et observez tout ce qu’ils pourront vous dire, mais ne vous réglez pas sur leurs actes: car ils disent mais ne font pas.» Ainsi, les mensonges du pouvoir n’étaient pas montrés du doigt d’hier! « Ils lient de pesants fardeaux et les imposent aux gens, mais eux-mêmes se refusent à les remuer du doigt.» La revendication des libertés essentielles à la dignité humaine n’étaient pas non plus une nouveauté. Soudain, une phrase traversa son esprit, lui arrachant un éclat de rire. «Travailleuses, travailleurs, on vous ment, on vous spolie» Pauvre Arlette, dire que l’on aurait pu l’accuser de plagiat! Alerté par le bruit, Maxime se précipita dans le bureau.

Commenter cet article