Samira se levait à peine que le téléphone sonnait déjà...

Publié le par Sandrine

Samira se levait à peine que le téléphone sonnait déjà. Elle se demandait quelle mauvaise nouvelle allait encore lui tomber dessus mais ce qu’on lui annonça était bien plus difficile à entendre que tout ce qu’elle avait imaginé.
Le service médico-légal en avait terminé avec le corps de Gauthier et les pompes funèbres lui annonçaient que l’enterrement aurait lieu l’après midi même. Seules quelques heures la séparaient des adieux définitifs qu’elle devait faire à son fils et elle ne savait que faire pour tromper l’attente, la tête et le cœur vides. Le café qu’elle avalait avait un goût de cendres et elle renonça à en boire les dernières gorgées. Elle eut soudain la sensation d’étouffer. D’un pas hésitant, elle se dirigea vers la fenêtre par laquelle elle avait aperçu son fils pour la dernière fois et s’interdit de poser les yeux sur le bitume. Elle tenta de s’imprégner d’un violent rayon de lumière qui ne dissipa pas son trouble et ne lui communiqua pas la chaleur qui s’était enfuie de son corps. Elle maudit les démons cachés dans le ciel, ces forces qui décidaient du destin des êtres, de la durée de leur existence et de l’heure de leur trépas, utilisant les hommes pour réaliser leurs desseins.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article