Sylvie eut un mouvement de recul...

Publié le par Sandrine

Sylvie eut un mouvement de recul en apercevant l’homme en costume gris qui avait sonné à sa porte. Son regard fixe avait quelque chose de terrifiant qu’elle évita d’analyser. D’autorité, il pénétra dans le hall et la toisa comme pour jauger l’adversaire qu’elle pouvait représenter.
«- Bonjour madame Moreau, je suis venu vous proposer une affaire exceptionnelle…
- Je suis désolée, monsieur, mais j’ai tout ce dont j’ai besoin et mes finances m’interdisent le superflu.
- Je le sais. Instinctivement, Sylvie croisa les bras. Elle se sentait indéniablement menacée par cet inconnu.
- Je venais vous proposer du travail. Les lèvres minces de l’homme s’étirèrent en une grimace qui se voulait un sourire.
- Et vous êtes? Lui demanda-t-elle, tâchant de reprendre la main dans cette étrange situation. L’homme balaya sa question d’un geste.
- Je crois savoir que votre fils était un ami de Gauthier et que vous vous êtes rapprochée de sa mère…
- Je crois que vous devriez sortir. Lui dit-elle carrément.
- Un peu de patience… J’aimerais que vous me teniez au courant de l’état d’esprit de cette dame. Je m’inquiète pour elle.
- Moi aussi et c’est bien pour ça que je vous demande de prendre la porte. L’homme éclata d’un rire rauque.
- Etes-vous vraiment en position de refuser cinq mille euros?
- Dans ces conditions, certainement, oui. Trancha-t-elle, outrée, en avançant la main vers la poignée de la porte pour le mettre dehors. L’homme lui sourit avec condescendance.
- Je vous laisse mon numéro. Lui annonça-t-il avec une assurance insupportable tout en lui tendant un bristol sur lequel ne figurait aucun nom. Vous réfléchirez, j’en suis sûr. N’hésitez pas à m’appeler dès que vous aurez changé d’avis. » Conclut-il en ouvrant lui-même la porte. Sylvie, le regard rivé sur la porte close, tremblait de tous ses membres. Cet homme ne lui plaisait décidément pas. S’il se permettait de lui faire une offre aussi écoeurante avec autant d’aplomb, c’est qu’il se sentait en position de force et elle doutait que l’argent fut son seul argument. Qu’avait donc fait Gauthier pour que sa mère se retrouve dans une pareille situation? Elle soupira longuement pour évacuer la tension qui l’avait submergée sitôt qu’elle avait posé les yeux sur l’inconnu et son cœur cessa enfin de bondir furieusement dans sa poitrine.

Commenter cet article