Après un court sommeil agité...

Publié le par Sandrine

Après un court sommeil agité, Marie-Anne et Nathan buvaient une tasse de café brûlant quand Thérèse ouvrit la porte.
«- Tout va bien? Demanda-t-elle aussitôt à Marie-Anne en voyant sa miné défaite.
-Oui. Que vous arrive-t-il? La mère supérieure s’assit avec eux et Nathan lui versa une tasse de liquide obscur pour dissiper la gêne qu’il lisait sur son visage et l’inciter au dialogue.
-Nous avons fait une lourde erreur en demandant à la sœur de Divitto de venir ici. J’aurais dû y penser! Se reprocha-t-elle en gémissant.
-Parlez, ce n’est peut-être pas si grave… La rassura-t-il.
-Son Eminence m’a appelée. Il sait que vous êtes ici et que Marie-Anne est l’auteur du texte qui lui est parvenu. Je suis désolée de vous le dire, mais il faut que vous partiez.
-Fuir encore… Commença Marie-Anne, au bord du désespoir.
-Je crois que nous pouvons apporter une nuance à ce concept que nous ne connaissons que trop…
-Laquelle? L’interrogea Thérèse, retrouvant espoir à la perspective de ne pas devoir affronter une longue nuit solitaire dans ce lieu de prière désormais peuplé de fantômes sans doute avides de vengeance.
-Il ne faut pas que nous partions, mais leur faire croire que nous l’avons fait.
-Explique-toi. Lui demanda Marie-Anne qui commençait à retrouver des couleurs.
-Sa sœur nous a vus ici, c’est un fait, mais je doute qu’il y ait désormais un espion parmi nous quatre. Si nous quittons la maison pour aller à l’abbaye, qui s’en doutera?
-C’est un coup de poker… Apprécia Marie-Anne.
-Oui, mais honnêtement, je préfère vous savoir avec moi même si je dois avoir que c’est purement égoïste. Lui répondit Thérèse.
-Nous n’avons pas grand chose à ranger. Nous vous rejoignons dans une demie heure.
-Excusez-moi de vous poser cette question, Marie-Anne, mais êtes-vous absolument sûre que son Eminence est bien l’homme que nous recherchons? Lui demanda-t-elle, mue par un doute soudain qu’elle n’aurait jamais cru pourvoir éprouver et encore moins exprimer.
-Absolument. Je crois que cet homme est quelque part victime de son destin. Tous les éléments se sont mis en place autour de lui indépendamment de sa volonté et ce n’est pas vraiment étonnant que ce mystique ait cédé.
-Vous n’êtes pas en train de l’excuser, quand même?
-Non, je cherche à le comprendre et mieux j’y arriverais, plus il nous sera facile de le neutraliser. Maintenant que nous savons qui il est, c’est sur lui qu’il faut concentrer notre action, ses adeptes sont trop nombreux, nous ne faisons que nous exposer inutilement en cherchant à les atteindre.
-Il veut aller s’expliquer auprès de toutes les instances concernées… Lui dit-elle à mi-voix, visiblement soucieuse à cette idée.
-Il ne faut pas vous inquiéter pour ça, cette explication ne le dédouanera que très provisoirement. Il vaut mieux que nous veillons à réunir un maximum de preuves contre lui plutôt que de nous présenter à notre tour devant eux avec un dossier incomplet.
-Vous n’avez pas tort.
-Thérèse, je crois que ceci vous appartient… Lui dit Nathan en déposant devant elle son voile et son alliance. La mère supérieure hocha gravement la tête. Avez-vous pris une décision à ce sujet?
-Pas pour l’instant. Je ne peux pas réfléchir sereinement ces temps-ci et la prière ne m’est pas d’un grand secours…
-Ne vous faites pas de mauvais sang pour ça, prenez votre temps avant de prendre des mesures irrévocables.»

Lire la suite: Le déménagement fut succinct...

Publié dans L'ange pourpre

Commenter cet article