De nouveaux contrats

Publié le par Sandrine

Je rongeais donc mon frein et décidais d’attendre le retour d’Alain pour avoir une discussion sérieuse avec lui. J’agirais en fonction de sa réaction. Quelques jours plus tard, Alain reprenait ses fonctions. Je n’eus pas le temps de lui faire part de mes doutes. Il ne resta que le temps de prendre ce qui se trouvait dans le coffre et de me dire qu’il avait déposé trois nouveaux contrat de travail dans le bureau et que nous devions les signer dans les plus brefs délais. Les deux stations étaient regroupées sous une seule entreprise et la franchise exigeait à présent qu’elles soient indépendantes l’une de l’autre.
« Ca ne changera rien pour vous ! » Me lança-t-il en fermant la porte.
Lorsque Jean-Michel prit son quart et que je lui montrais les contrats, il me lança un regard effaré.
« Et tu comptes signer ça, toi ?
-Je ne sais pas.
- Non mais attends, c’est n’importe quoi. Si jamais on fait ça, on perd notre ancienneté. Moi, personnellement, je ne signe rien du tout. Je trouverais bien cinq minutes pour me renseigner cette après-midi et je te tiens au courant.
- D’accord, de toutes façons, il faudra qu’on se parle tous les trois, j’ai l’impression qu’il y a pas mal de choses qui ne vont pas. »
Je dois dire qu’il fut pour le moins efficace, moins d’une demie-heure plus tard, il me rappelait pour m’expliquer que signer ce contrat ne servait à rien puisque l’activité de l’entreprise restait la même et que nos contrats se poursuivaient automatiquement. Il était dans une colère noire, car il avait pris le temps d’y jeter un œil et s’était aperçu que les nouveaux contrats comportaient une période d’essai. J’eus à peine le temps d’aviser Patricia de la situation que Jean-Michel m’appelait à nouveau pour me dire qu’il avait téléphoné à Alain pour lui dire qu’il ne signerait pas ce document et qu’il avait la désagréable sensation qu’il lui avait tendu un piège. Alain avait essayé d’argumenter pour le convaincre de signer malgré tout, puis devant son entêtement, il avait renoncé, se prétendant victime d’un mauvais conseil de son cabinet comptable et lui assurant que jamais il n’avait essayé de nuire à qui que ce soit. Lorsque je repris le travail le lendemain, les contrats avaient disparu.

Lire la suite : Une nouvelle caissière

Commenter cet article