Il faut savoir fixer des limites!

Publié le par Sandrine

Lors de mes premiers jours de vacances, j’eus à nouveau un coup de fil. Je décidais que cela devait cesser. Je pris donc ma plus belle plume…
« Monsieur, Mademoiselle,
Je vous écris ce jour afin de protester énergiquement envers le fait que vous contactiez ma compagne sur son téléphone portable pour me transmettre des messages professionnels. Je me permets de vous signaler que ce numéro a été communiqué il y a de nombreuses années à Monsieur Dupont à titre strictement personnel. Cependant, vous en usez et en abusez à des fins autres. Je vous demande donc de cesser immédiatement ces appels faute de quoi ma compagne se réserve le droit de déposer une main courante contre vous pour harcèlement téléphonique. Je note d’ailleurs que Monsieur Dupont a eu l’indélicatesse de transmettre ce numéro privé à Melle Valérie Dupont qui ne se gêne pas pour en faire le même usage à mon avis outrancier. En ce qui concerne mon numéro de portable que Melle Dupont a exigé d’avoir, sachez que vous l’avez eu à votre disposition jusqu’à l’année dernière. J’ai dû en changer pour des raisons personnelles. Or, il n’est ni obligatoire, pour un employé de posséder un téléphone, ni mentionné dans mon contrat que je doive vous le communiquer. De plus, la nature agressive pour ne pas dire menaçante mais certainement déplacée de la conversation que j’ai eue suite à un appel de Monsieur Dupont ne m’incite pas à prêter le flanc à de nouvelles conversations de ce genre. Si vous estimez que mes responsabilités professionnelles impliquent que je doive pouvoir être joint en dehors de mes horaires de présence pour la gestion de l’entreprise, il vous appartient d’en tirer les conclusions qui s’imposent au niveau financier et de ma classification.
Vous remerciant par avance de votre compréhension, je vous prie d’agréer, Monsieur, Mademoiselle, mes salutations distinguées. » Le téléphone ne ma compagne cessa de sonner aussitôt que Valérie reçut ce courrier.

Lire la suite : L'audience de conciliation

Commenter cet article