J’ai beaucoup voyagé à travers le monde...

Publié le par Sandrine

-J’ai beaucoup voyagé à travers le monde, l’hypnose est un procédé plus commun et bien plus facile à utiliser qu’on ne le croit. Nathan leva un sourcil intéressé, il y avait peut-être une piste à exploiter de ce côté là.
-Non. Reprit-elle comme si elle avait lu dans ses pensées. Je n’ai pas eu la bêtise d’utiliser mon identité lors de ces escapades. Laetitia Divitto, en revanche, a sillonné la planète sans le savoir.
-Personne ne peut être à deux endroits à la fois…
-Je sais, mais cette dame a la curieuse manie d’effectuer tous ses paiements en liquide, rien ne peut prouver sa présence en France.
-Ses relations pourront attester du contraire.
-Je regrette d’avoir à te le faire remarquer, mais tu te trompes. Elle ne fréquentait que des Témoins de Jéhovah et je crains qu’il n’en reste aucun en ce bas monde.
-Comment as-tu fait pour manipuler les médias et comment as-tu pu diffuser ces petits numéros auxquels nous avons eu droit régulièrement ces derniers jours?
-Disons que j’ai noué certaines relations parmi lesquelles quelques unes se sont avérées capables de pirater des satellites de télécommunication. Ils avaient malheureusement des penchants suicidaires, ce qui est au demeurant le pendant négatif propre aux grands esprits incompris.
-Comment pouvais-tu prévoir que j’irais prendre conseil auprès de Sébastien?
-J’ai fait quelques recherches à ton sujet et j’ai appris l’existence de ce prêtre providentiel…
-Y a-t-il quelque chose que tu n’aies pas soigneusement calculé?
-Oui, deux choses. La première, c’est notre arrivée ici, à partir de ce moment, j’ai dû improviser. La seconde, c’est qu’en te séduisant, je tomberais amoureuse de toi.
-Pas de ça, je t’en prie! Que t’ont donc fait ces pauvres femmes pour que tu décides de les éliminer?
-Rien. Il fallait que tu sois persuadé d’une menace imminente et que tu sois totalement absorbé par celle-ci pour que tu admettes la culpabilité de Divitto comme une évidence. J’avais presque réussi…
-Mais c’était sans compter la perspicacité de Clothilde.
-Non seulement ça, mais j’ai largement surestimé ton attachement à mon égard, faute de quoi tu aurais accepté ma version des faits sans te poser de questions. Baisse ton arme, tu ne t’en serviras pas.
-Quelle assurance!
-Tu ne peux pas tuer quelqu’un de sang froid, surtout…
-Si ce quelqu’un porte mon enfant, je commence à le savoir!
-Pas uniquement. Si je meurs, c’est toi qu’on accusera d’être un affidé de Divitto. Jamais tu ne pourras faire éclater la vérité au grand jour.
-Et si je prenais ce risque?
-Pourquoi gâcher ta vie et la mienne alors que tout touche à sa fin?
-Parce que je n’ai aucune garantie à ce sujet à part peut-être ta mort.
-Rien n’est moins sûr. J’ai effectivement donné naissance à cette secte et elle a jusque là agi sur mes ordres mais elle est assez puissante désormais pour voler de ses propres ailes et ma mort ne fera que les conforter dans leurs idéaux. Prendrais-tu ce risque là?
-Si je les prive de leur tête pensante, ils seront affaiblis et je pourrais les anéantir avant qu’ils ne se structurent à nouveau.
-Ce n’est qu’un espoir que je vais devoir briser. Le cimetière est rempli de gens irremplaçables et pourtant le monde continue à tourner sans eux. C’est pourquoi j’ai déjà assuré ma succession.
-Ta vie ne me sert pas plus que ta mort mais cette dernière me soulagerait infiniment. Puisque cette secte fonctionne selon une dynamique inébranlable, même toi ne saurais plus enrayer son développement.
-Je n’ai pas peur de mourir mais je ne suis pas seule en cause. Il y a en moi un petit être innocent qui ne demande qu’à vivre, lui. Lui refuseras-tu ce droit?
-Lui aussi faisait partie de ton plan, qu’il soit réel ou virtuel… Mais depuis combien de temps prépares-tu ta vengeance?

Lire la suite: Plus d’une décennie...

Publié dans L'ange pourpre

Commenter cet article