L'attestation de Madame Batista

Publié le par Sandrine

Celle de Muriel Batista :
« Je vous explique les raisons pour lesquelles je ne veux plus travailler à la station. L’ambiance n’est vraiment pas saine, je ne me sens pas la bienvenue, il y a de l’animosité envers moi de la part de Jean-Michel, ce qui m’a été confirmé par la compagne d’Eric, Sandra Bouvier, qui m’a dit qu’il était très contrarié de me voir à la station, ce que je ne comprends pas, mais peut-être est-ce dû à ma droiture dans l’exécution des tâches.
Ils font tout ce qu’ils peuvent pour dénigrer la direction, leur façon de recevoir les clients me heurte, le langage, le mépris, aucun sourire, aucune attention, par exemple, un client est venu pour acheter un ticket de lavage, il demande la marche à suivre, il lui a énuméré les différents types de lavages, si vite, que le client n’a rien compris, il m’a regardée les yeux ébahis et est parti sans autre explication. Eric m’a même dit que ça faisait trois mois qu’il ne proposait plus la carte de fidélité, quant à Jean-Michel, il les donne sans explications, j’ai des clients qui m’ont demandé à quoi servait cette carte !
Leur attitude n’est pas du tout en rapport avec la formation que nous avons reçue.
D’autre part, nous devons réceptionner les marchandises puis les ranger, chose qu’il ne fait pas, comme le ménage, alors que c’est affiché. Il ne respecte pas le protocole. De plus il n’enlève pas les périmés, pourtant il y a un cahier pour les relever, ce qui est grave pour la clientèle et la station en cas de contrôle.
Aussi le comportement prétentieux de Jean-Michel laisse à penser aux clients qu’il est le patron. Quand c’est moi qui travaille, les clients me demandent : « Où est le chef ? je leur répond quel chef ? Vous savez, le blond, le patron ! »
En ce qui concerne les horaires, on sait qu’en saison de vacances scolaires, nous faisons plus d’heures, qui sont réparties sur l’année, ce qui fait que lorsqu’on a moins d’heures le salaire est le même.
Pour toutes ces raisons, je ne désire plus être employée à la station. Par ces temps difficiles pour l’emploi, je ne comprends pas pourquoi ils rechignent à la tâche, alors que c’est le but même de leur travail. »

Lire la suite : L'attestation de Monsieur Lebon

Commenter cet article