La fille du gérant

Publié le par Sandrine

Quelques jours plus tard, Nadine disparut et Valérie, la fille d’Alain, tout juste majeure, prenait sa place. Valérie était une brindille brune, à la peau pâle et aux yeux bleus limpides. Tout en elle évoquait la fragilité. Tout sauf une flamme inquiétante qui s’allumait parfois dans son regard et durcissait les traits de son visage jusqu’à lui donner un aspect fou. Immédiatement, je m’interroge sur la raison de sa présence. Comment se fait-il qu’un père décide de parachuter sa fille en pleine tempête ? Pourquoi, s’il voulait que l’un des siens profite du poste vacant pour nous mettre la pression à Jean-Michel et moi, n’a-t-il pas décidé d’y affecter Françoise ? Son choix n’a pas vraiment de sens pour moi. Puis soudain, mon regard croise le reflet dans la vitre au moment où Valérie se trouve à côté de moi. Je mesure un mètre quatre vingt dix et pèse cent kilos. J’ai l’air d’un monstre de musculature à côté d’elle qui semble si fragile. Non, je repousse l’idée qui me vient à l’esprit de toutes mes forces. Ce n’est pas possible. Il ne peut être calculateur à ce point ! Mais malgré tous mes efforts, l’idée que j’ai repoussée avec tant de violence revient, têtue. Que se passerait-il pour moi si j’étais accusé de quoi que ce soit envers elle ? Je refuse l’idée qu’Alain soit si machiavélique qu’il ait décidé d’exposer sa fille. Et pourtant, à partir de cet instant, Sandra et moi nous arrangerons pour qu’à chaque changement de quart effectué avec Valérie je ne sois jamais seul avec elle.

Lire la suite : La restriction de la vente d'alcool

Commenter cet article

Un job d'enfer! 18/07/2014 16:45

Merci à toi!

la nonna 18/07/2014 12:05

j aime beaucoup ta façon de decrire les gens et les choses, bravooo