Le déménagement fut succinct...

Publié le par Sandrine

Le déménagement fut succinct et le repas léger, et pourtant, tous trois peinaient à garder les yeux ouverts sans qu’aucune raison valable ne leur vienne à l’esprit à propos de cette soudaine fatigue. La mère supérieure les conduisit à leur chambre et malgré son épuisement flagrant, leur souhaita rapidement une nuit paisible avant de se rendre aux cuisines pour préparer un plateau repas pour Clothilde dont elle avait justifié l’absence à Nathan qui s’en était étonné par son désir de se recueillir après la mort épouvantable de ses consœurs. Elle avait menti sans qu’aucun scrupule ne l’effleure, ne prenant pas même la peine de se trouver une excuse à ses propres yeux, occultant purement et simplement ce petit incident auquel elle se refusait à penser dans l’immédiat, tâchant sans grand succès d’endiguer ses peurs. Elle ouvrit doucement la porte, espérant que sœur Clothilde se serait assoupie et qu’elle n’aurait pas à l’affronter. Hélas, derrière le panneau de bois, Clothilde l’attendait, debout, le dos raide et la tête haute et ficha ses yeux dans les siens, muette. La mère supérieure déposa le plateau sur le chevet patiné par le temps qui se trouvait à la tête du lit et sortit en adressant un dernier regard désapprobateur à Clothilde qui n’avait pas modifié son attitude. Le cœur battant, elle donna le dernier tour de clef avec un soupir de soulagement. Elle hâta le pas pour franchir au plus vite la distance qui la séparait de sa cellule, frissonnant irrationnellement à la pensée d’imaginaires ombres menaçantes qui la poursuivaient.

Lire la suite: Un cri déchirant s’éleva dans la nuit...

Publié dans L'ange pourpre

Commenter cet article