Le légiste lui-même eut un temps...

Publié le par Sandrine

Le légiste lui-même eut un temps d’arrêt en découvrant les trois corps.
«- Il faut vraiment arrêter ce massacre! S’exclama-t-il à voix basse. Il s’approcha d’eux et commença à examiner les dépouilles.Ce monsieur a eu de la chance, son cœur a dû lâcher sitôt qu’ils l’ont crucifié. Eux, par contre…Le lieutenant poussa un soupir de soulagement. Savoir qu’Edouard avait souffert aussi peu que possible étant donné les circonstances lui ôtait un poids de la conscience. Il ne pouvait s’empêcher de se sentir responsable de la terrible fin de cet homme qui avait injustement souffert durant les dernières années de sa vie.
-Pouvez-vous nous donner l’heure approximative des décès? Demanda-t-il au médecin, recouvrant peu à peu sa lucidité.
-Ces deux-là ont dû expirer il y a environ une demie heure. Lui, par contre, a dû rendre son dernier soupir il y a plus ou moins deux heures. Répondit-il en le désignant d’un geste ample de la main.
-Ils étaient encore là quand vous avez appelé! Remarqua Nathan.
-Relevez les empreintes sur le combiné du téléphone.
-S’il y en a… Répliqua-t-il en s’éloignant.
-Regardez quand même et prenez les photos de la scène du crime. Quant à vous, poursuivit-il à l’adresse du médecin, il me faut l’identité de ces deux-là le plus vite possible.
-Je ne vous promets pas de miracle mais je vais voir ce que je peux faire.»

Lire la suite: Dès que les deux hommes poussèrent...

Publié dans L'ange pourpre

Commenter cet article