Ma réponse aux notes de service

Publié le par Sandrine

« Monsieur, Mademoiselle,
Je vous écris en premier lieu pour vous indiquer les dates des congés que j’aimerais prendre cette année.
Ensuite, j’aurais voulu quelques précisions de votre part concernant le travail du dimanche. En effet, je constate que depuis quelques temps, je travaille systématiquement tous les dimanches. Je me suis donc renseigné. A ce sujet, la convention collective stipule : « Par l’institution du travail tous les jours de la semaine, dans les établissements admis à donner le repos hebdomadaire par roulement conformément aux articles L 221-9 et R 221-4 et suivants du code du travail et, pour les seuls salariés affectés aux activités visées à ce titre par la réglementation. » J’ai donc trouvé dans ces articles un passage disant que sont admis à donner le repos hebdomadaire par roulement les établissements exerçant la location de moyens de locomotion. Du coup, je m’explique soudain mieux la partie du contrat de travail qui fait référence à cette activité que nous n’avons cependant jamais exercée et pour laquelle en outre il n’y a aucun contrat avec une enseigne quelconque de location de véhicules et qui ne figure pas non plus dans les spécificités de la SARL que j’ai pu consulter sur Infogreffe qui désigne clairement son activité ainsi : « commerce de détail de carburant en magasin spécialisé. » Et quand bien même, car la convention collective précise bien qu’on ne peut alors faire travailler l’employé que dans le cadre de la fonction visée par les articles en vigueur, à savoir pour ce qui nous concerne la location de moyens de locomotion. Si vous vouliez vous appuyer sur le caractère saisonnier de votre activité qui justifie le travail du dimanche, je vous ferais remarquer en premier lieu que les employés de la SARL travaillent par roulement tous les dimanches de l’année et que la SARL ne répond pas à la définition d’une entreprise saisonnière qui doit :
« Connaître pendant des périodes de minimum trois mois consécutifs une augmentation ou une diminution de minimum 10 % de l’effectif par rapport à l’effectif annuel moyen. » J’ai donc la désagréable impression, mais vous allez sans doute m’expliquer cela, que vous n’avez pas vraiment le droit de faire travailler votre personnel le dimanche…
En outre, Mademoiselle Dupont Valérie m’a fait signer un papier écrit à la hâte sur un coin du bureau selon lequel j’avais bien suivi une formation d’au moins trente secondes concernant l’utilisation du rendu monnaie. Sachant que je suis caissier depuis six ans chez vous, que je connais très bien cette fonctionnalité de la caisse, que je n’ai jamais essuyé aucun reproche verbal ou écrit au sujet d’éventuelles erreurs de caisse, j’avoue ne pas voir d’utilité à ce papier si ce n’est son caractère vexatoire.
En réponse à votre courrier concernant les notes de service, vous affirmez dans celui-ci que j’ai refusé de signer les documents que vous joignez à ce courrier. C’est exact, mais vous vous égarez lorsque vous dites que vous m’avez fait lire ces notes de service. Jamais vous ne me les avez présentées de façon à ce que je puisse en prendre connaissance. Je vous ai simplement dit que je signerais rien sans l’avoir lu au préalable… Il me semble que votre mémoire vous fait défaut. Concernant les notes de service elles-mêmes, je suis extrêmement surpris de les voir se multiplier maintenant que nous sommes en procédure alors qu’il n’y en a jamais eu en six ans que je travaille pour vous… La note de service numéro deux n’est qu’un rappel du contrat de travail tout comme les notes numéros cinq et six. En ce qui concerne la note de service numéro sept, je vous remercie, mais il m’a toujours paru évident que le vol était interdit au travail. J’ai d’ailleurs toujours pris soin de conserver les tickets de mes achats. Vous ne me les avez jamais réclamés en six longues années. Je tiens à vous préciser que pour éviter tout litige au sujet des cartes de fidélité, je n’en ai jamais possédé estimant qu’elles sont destinées à la clientèle et non au personnel. Cependant et eu égard aux circonstances, je ne vois pas d’utilité à ces notes de service et à plus forte raison parce qu’elles m’ont été remises de façon très officielle contrairement aux usages qui veulent qu’un simple affichage suffirait, si ce n’est évidemment leur caractère vexatoire et menaçant. Je n’ai jamais reçu aucune remontrance verbale ou écrite de votre part en six ans à votre service. La petite phrase qui se répète sur chaque note de service et qui me promet des sanctions disciplinaires en cas d’infraction ne me paraît pas à même d’apaiser nos relations que vous prendre plaisir à dégrader à grands renforts de plannings non conformes à la réglementation. Je note d’ailleurs que les notes de service ne sont toujours pas affichées à ce jour. Il est vrai que depuis quelques temps, une curieuse fièvre s’est emparée de la direction qui exige que je signe les emplois du temps, les plannings de ménage et autres babioles. Je note à ce sujet que dans votre courrier de proposition vous exigiez que je signe les plannings pour preuve du respect de votre obligation de nous remettre les emplois du temps sous préavis de sept jours, mais que la date de remise des dits plannings est systématiquement erronée.
Je relève en outre que Mademoiselle Dupont me reproche de sentir la sueur allant jusqu’à affirmer avoir reçu des plaintes de clients à ce sujet. Je tiens à signaler que j’ai une hygiène corporelle irréprochable et que je m’étonne de ce type de propos infantiles et insultants qui interviennent alors que nous sommes en procédure. Puisque nous parlons d’hygiène, je me permets à ce sujet de vous signaler que nous vendons quelques produits alimentaires et que dans ce cas la présence du chien de Mademoiselle Dupont à l’intérieur de la boutique puisqu’elle travaille systématiquement avec lui est interdite. D’autant que je suis allergique aux poils de chien et qu’éternuements et toux ne me quittent plus. Je ne veux pas m’engager sur le délicat terrain des rumeurs puériles, je ne vous signalerais donc pas qu’un client s’est plaint d’avoir vu une tique lui sauter sur le mollet, même si c’est pourtant le cas. En outre, et rassurez-vous, pour finir, j’aimerais connaître les attributions exactes de Mademoiselle Dupont car je suis un peu perdu à ce sujet. Comprenez-moi, Monsieur Dupont m’affirmait haut et fort juste avant mes vacances qu’il était le seul gérant, Madame Verneuil se présente à la conciliation avec un pouvoir donné par Monsieur Dupont tandis que Mademoiselle Dupont qui s’autoproclame gérante reste à la porte de la salle d’audience. Et pourtant, Mademoiselle Dupont signe tous les documents de la station en tant que gérante, se désigne ainsi sur les emplois du temps et signe nos chèques de paye… Deux gérants pour trois employés, n’est-ce pas un peu excessif ? D’autant plus qu’en consultant les données sur Infogreffe seul Monsieur Dupont apparaît comme gérant, alors qu’il m’avait annoncé que la SARL était passé officiellement sous la gérance de Mademoiselle Dupont. J’aimerais donc pour clarifier nos rapports, savoir à quelle autorité je dois me soumettre et surtout à quel titre.
Vous remerciant par avance de votre compréhension, je vous prie d’agréer, Monsieur, Mademoiselle, mes salutations distinguées. »

Lire la suite : Un échange épistolaire...

Commenter cet article