Oh, mon Dieu!

Publié le par Sandrine

«- Oh, mon Dieu! S’écria Nathan alors que Marie-Anne finissait de ranger la vaisselle dans la cuisine. Posant précipitamment le plat de céramique qu’elle avait dans les mains, elle le rejoignit, le cœur battant.
-Qu’est-ce qui se passe?
-La gendarmerie… Ils ont fait sauter la gendarmerie… Chuchota-t-il.
-Es-tu sûr que c’est bien la tienne? L’interrogea-t-elle, faute de trouver quelque chose de plus pertinent à lui dire.
-Oui, regarde.» Lui répondit-il, profondément choqué. Marie-Anne s’assit à côté de lui et alluma machinalement une cigarette. Le lieutenant, sain et sauf, apparut devant les ruines encore fumantes du bâtiment dévasté et répondit aux nombreuses questions des journalistes amassés devant lui, micros au poing.
«- Cette attaque était prévisible et tout le monde a été évacué avant que la bombe n’explose. Aucune victime n’est à déplorer.
-A votre avis, peut-on attribuer cet attentat à la secte qui sévit actuellement?
-Avec certitude, je peux vous affirmer que c’est en effet le cas.
-Avez-vous de nouvelles informations à ce sujet?
-Oui… Marie-Anne attrapa la télécommande et coupa le son, fixant l’angle droit de l’écran avec intensité.
-Tu as vu?
-Quoi?
-Le légiste, là. Il est avec eux et il est libre! Ils n’ont rien compris! S’emporta-t-elle, furieuse. En effet, derrière le lieutenant, sur un pan de mur clair derrière lui, se détachait en ombre chinoise, déformée, immense, plus menaçante que jamais, la silhouette du médecin.
-Remets le son, le lieutenant a sans doute une explication à ça…
-Excuse-moi, je ne sais pas ce qui m’a pris… Elle prit la télécommande et la fit tomber, visiblement inquiète de sa découverte. Avec un soupir d’agacement, elle appuya enfin sur le bouton, mais déjà, le présentateur mettait fin à son entretien avec le lieutenant.
-Je suis vraiment désolée, je ne sais pas ce qui m’arrive.
-Ca n’a pas d’importance. La rassura Nathan malgré sa déception de n’avoir pu bénéficier des dernières avancées de l’enquête. Nous sommes épuisés. Allons nous coucher, nous éclaircirons tout ça demain.» Il lui prit l’appareil des mains avec douceur et éteignit la télévision.

Lire la suite: Au beau milieu de la nuit...

Publié dans L'ange pourpre

Commenter cet article