Un changement de ton

Publié le par Sandrine

Je ne m’attendais pas à ce qu’Alain saute de joie rien qu’à la perspective de me revoir mais être reçu par un énigmatique : « Et ça fait combien de temps que vous bossez là, vous, au juste ? » Prononcé par un homme au visage fermé et aux lèvres pincées qui me tourne le dos et claque la porte de la station sans attendre de réponse, j’avoue que j’ai eu l’impression d’une douche froide. Dès le lendemain, le changement se confirmait. Alain m’appelait dans le bureau, le visage toujours sombre.
« Eric, je viens de recevoir le compte rendu de la visite mystère. Vous avez été d’une incorrection totale. Vous n’avez pas salué le client, vous ne lui avez pas proposé la carte de fidélité et vous ne lui avez rien expliqué quand il a pris un ticket de lavage. Le chef de secteur m’a fait passer un sale quart d’heure à cause de vous. Vous recevrez un avertissement par recommandé. Ce n’est pas que ça me fasse plaisir, j’ai essayé de temporiser, mais là, je n’ai rien pu faire pour vous. Ils exigent une sanction. Vous savez que je vous apprécie, il va falloir vous reprendre. Laissa-t-il tomber dans un pauvre sourire. Je ne sais pas s’il avait pour but d’éviter une révolte de ma part par cette mimique, mais le fait est qu’il n’y parvint pas et qu’elle fut immédiate et profonde.
-Je n’ai jamais manqué de politesse envers qui que ce soit. Envoyez-moi ce que vous voulez, mais je veux voir ce rapport ! » Je retournais en caisse sans attendre de réponse de sa part. Je bouillais littéralement de colère et pourtant comme toujours, je retrouvais mon éternel sourire commercial et la litanie automatique des « bonjour, merci, au-revoir » reprenait, teintée d’amertume et sans doute un peu plus appuyée qu’à l’accoutumée pour qu’Alain l’entende bien.

Lire la suite : Une nouvelle venue

Commenter cet article

Vénusia 16/07/2014 01:37

bonsoir, mon anti virus s'est endormi je ne sais par quelle magie, profitons en!!
avoir le sourire commercial n'est pas facile surtout lorsque l'on sait que derrière soi, le patron veille et remarque la moindre "imperfection"
je pense que les clients devaient le sentir, le sentir faux et sans âme ce sourire
bonne nuit amicalement