Une convocation devant le juge d'instruction

Publié le par Sandrine

Trois mois plus tard, je recevais une convocation chez la juge d’instruction. Inexplicablement, j’étais terriblement angoissé quand j’entrais dans son bureau accompagné de mon avocat. Elle avait le regard froid et si son visage laissait paraître une émotion, c’était une certaine forme de colère.
« - C’est quoi ce pavé ? Me dit-elle après m’avoir brièvement salué en désignant mon dossier posé sur son bureau. Je ne sus que répondre. Elle ne m’en laissa d’ailleurs pas l’occasion. Savez-vous qu’il existe des avocats qui, eux, savent parfaitement rédiger une plainte ? N’importe qui se permet n’importe quoi depuis qu’on explique aux gens sur Internet que l’on peut tout faire soi-même. Je reçois de plus en plus de torchons de ce genre. On perd un temps fou à lire ces âneries. Pensez-vous vraiment, Monsieur Pottier, que l’on ait fait tant d’études pour ça ? Nous avons un métier, nous ! » J’étais surpris par la violence de la charge. Elle fulminait. Brusquement, elle parut se calmer et me posa quelques questions. Curieusement, ces questions visaient à me faire dire l’inverse de ce que j’avais dit dans ma plainte. Je répétais donc inlassablement ce que j’avais écrit. A cette occasion, j’appris que mon médecin avait été convoqué à propos de l’arrêt maladie falsifié et qu’il avait confirmé ma version des faits. Elle examina les motifs de plainte un à un, concluant à chaque fois : « C’est moyen, on verra… » J’avais l’impression de revivre la garde à vue. J’étouffais dans le petit bureau. L’avocat qui s’était assis à mes côtés ne disait pas un mot pour me venir en aide. Muré dans son silence, il se contentait d’opiner du chef à chaque parole de la juge.
« Bon, amenez-moi les originaux des lettres de proposition le plus rapidement possible. Quant à Mademoiselle Dupont, elle a quitté le territoire national. Elle doit revenir dans quelques mois, je l’auditionnerai à son retour. »

Lire la suite : Epilogue

Commenter cet article

cerisette 19/07/2014 10:51

coucou
voyons donc il ne faut pas transgresser aux régles établies
bon samedi
bisousssssssssssssss