Une curieuse entrevue

Publié le par Sandrine

Je dus doubler la dose d’anxiolytiques pour avoir la force d’aller au travail le lendemain. La matinée fut pourtant calme et je crus un instant pouvoir m’en sortir. Hélas, seulement cinq minutes avant mon départ, Valérie revint. Elle affectait une mine sérieuse. Cela ne lui seyait pas.
« -Avez-vous réfléchi ?
- Il n’est pas nécessaire de réfléchir. Il ne s’est rien passé et je vous répète que je n’ai rien à me reprocher.
- C’est dommage. Vraiment dommage… » Me dit-elle avec un air énigmatique.

Lire la suite : La coupe est pleine

Commenter cet article