Une disparition suspecte

Publié le par Sandrine

Elle appliquait un plan mûrement réfléchi. Moins de deux jours plus tard, alors que je me préparais à fermer la station elle revint avec la nouvelle caissière. Elle m’interrompit dans mes préparatifs et s’adressa à moi à voix basse au beau milieu de la station.
« - Eric, j’ai un gros problème… Il manque un prélèvement de plus de mille euros. Avec Emma, nous avons fouillé la station de fond en comble mais nous n’avons rien trouvé. Ce prélèvement correspond à l’un de vos quarts d’avant-hier. Que pouvez-vous me dire à ce sujet ? Je tombais des nues mais je compris aussitôt que mon sort était scellé. Valérie ne semblait pas inquiète et un sourire vague flottait sur ses lèvres.
- Rien. Que voulez-vous que je vous dise ? Tout s’est déroulé normalement.
- Vous êtes sûr de vous ? Insista-t-elle.
- Oui. Tous les prélèvements ont été remis au coffre comme d’habitude. Il ne peut pas y avoir de doute à ce sujet.
- Il n’y a pourtant pas de trou dans le coffre, or, l’argent n’y est pas ! Répliqua-t-elle, brutale, à présent.
- Et vous êtes la seule à ma connaissance à en avoir les clés ! Que voulez-vous que je vous dise de plus ? Tout s’est passé normalement, voilà tout.
- Je vous laisse jusqu’à demain matin pour retrouver la mémoire. Siffla-t-elle.
- Et ma réponse n’aura pas changé parce que je n’ai rien à me reprocher ! Répliquais-je, véritablement en colère, à présent.
- Vous pouvez rentrer chez vous, nous nous occupons de la fermeture.
- Ce n’est pas une grâce que vous me faites, il est vingt et une heures dix. » Lui signalais-je en prenant mes affaires. Lorsque je rentrais chez moi un courrier m’attendait.
« Monsieur,
En main votre dernier courrier, pour toute réponse, je vous invite à réactualiser vos sites de recherches et à prendre connaissances des décrets et arrêtés publiés au JO du 18 01 2004 règlementant et légalisant le régime de la revente du tabac.
Vous constaterez que le revendeur est en droit de conserver la marge qu’il prend sur un paquet de cigarettes, à la condition qu’elle soit réintégrée dans les résultats comptables de son entreprise.
C’est le cas, et cette réintégration permet de régler en partie votre rémunération mensuelle brute.
Veuillez agréer, Monsieur, nos sincères salutations. »
Je n’étais plus bien loin de perdre la raison, et il me fallut quelques minutes pour recouvrer mon calme. Je savais bien que je n’étais pas loin du dénouement et que le combat frontal allait bientôt cesser, mais il me fallait rassembler mes forces une dernière fois pour mener l’assaut final et tâcher d’en sortir vainqueur.

Lire la suite : Une curieuse entrevue

Commenter cet article