Ce fut la dernière manifestation

Publié le par Sandrine

Ce fut la dernière manifestation qu’ils vécurent cette nuit-là. Tout le reste de la nuit fut un rappel historique des lieux et des méfaits de l’inquisition, entrecoupé de vagues considérations ésotériques. Ne voulant pas être associés à ce qu’Henry disait, Edouard et le Père Lavergny revinrent à la cuisine où avait été établi le quartier général, seule pièce qui ne soit pas dans le noir total.
« -Que pensez-vous de tout cela, mon ami ? Lui demanda le prêtre.
-Je reste intimement convaincu que ce type de phénomène ne peut exister. Le règlement pour l’attribution de la dotation est très clair : il me reste un mois pour analyser ce qui s’est passé et trouver une explication logique. Après… Il faudra que je m’avoue vaincu. Mais nous en sommes loin. Et vous, Que croyez-vous ?
-J’attends d’entendre ces enregistrements. Je suis très inquiet. Les gens ne se rendent pas compte des conséquences que peuvent avoir ce genre de pratiques. Si l’Eglise les interdit, ce n’est pas pour rien.
-Pourtant, il existe bien des prêtres exorcistes, non ?
-Longtemps, ils ont surtout tenu le rôle que s’octroient aujourd’hui les psychiatres. Et puis, ils ont pour mission de chasser les esprits maléfiques qui se manifestent d’eux-mêmes, pas d’aller provoquer ceux qui se tiennent tranquilles. Dans l’ensemble, et nous pourrions nous rejoindre sur ce point, les phénomènes paranormaux avérés sont excessivement rares, c’est bien pour ça que je suis très surpris par ce qui se passe actuellement.
-En avez-vous vu vous-même auparavant ? Lui demanda Edouard dans un sourire entendu.
-Non, jamais avant ce soir. Mais je ne suis pas exorciste. Je suis simplement chargé d’étudier des miracles.
-Et vous en avez confirmé beaucoup ?
-Ce sont des études minutieuses qui prennent un temps fou. Personnellement, je n’en ai confirmé que deux durant tout mon ministère. Ah, voilà nos amis qui reviennent…
-Bien, disait Henry, le jour va bientôt se lever. Il est temps à présent de prendre connaissance de ce qui nous a été dit. Monsieur Rajax, auriez-vous la gentillesse de répéter vos questions une par une afin que nous comprenions les réponses que vous avez obtenues ?
-Oui, bien sûr… Qui êtes-vous ?
-« Simon Hauser ».
-Quel est votre nom ?
-« J’ai dit : Simon Hauser… »
-Où êtes-vous né ?
-« Millestown… »
-En quelle année ?
-« 1860… »
-De quoi êtes-vous mort ?
-« La chair est faible… Crise cardiaque… »
-Que voulez-vous ?
-« Le culte qui m’est dû… »
-Pourquoi parlez-vous à Karl en particulier ?
-« Qui veut aller loin ménage sa monture… »
-Etes-vous le seul esprit ici ?
-« Maintenant, oui… »
-Pourquoi devrais-je vous croire ?
-« Pour continuer à vivre… »
-Donnez-moi une preuve de votre existence…
-« Ca ne va pas te plaire… »
-L’enregistrement suivant a eu lieu lorsque le Père Lavergny est entré dans la cellule. Précisa Henry.

Lire la suite: Bonjour, collègue…

Publié dans Le règne des ombres

Commenter cet article