Emmanuel, les yeux rivés sur son écran,

Publié le par Sandrine

Emmanuel, les yeux rivés sur son écran, ne pouvait s’empêcher de penser à son fils. Il soupira lourdement. Il ne ferait rien de bon aujourd’hui. Seul son fils le préoccupait. Les clients pouvaient bien attendre. Le plus célèbre moteur de recherche imposait des délais pour parvenir au succès. Cela lui donnait du temps pour prendre soin de Sacha. Il allait se lever pour le rejoindre au salon quand il s’aperçut que son fils, appuyé sur ses béquilles, était déjà à ses côtés.
« - Tu as besoin de quelque chose, Sacha ? Lui demanda-t-il avec inquiétude.
- Non. Je m’ennuie. Je viens voir ce que tu fais.
- Comme toujours, mon grand, je travaille sur l’ordinateur. Sacha nia.
- Ca je le sais. Mais qu’est-ce que tu fais ?
- Je viens de te le dire, mon cœur.
- Non, ça ne veut rien dire. Répliqua-t-il, obstiné.
- Comment te dire… Soupira Emmanuel.
- Comme à tes clients. Répliqua Sacha avec assurance. Emmanuel le toisa en s’interrogeant. Nombre de ses clients n’avaient aucune interrogation à ce sujet. Pourvu qu’ils soient premiers, les moyens dont il pouvait user, l’expérience qu’il avait acquise, les efforts déployés ne les intéressaient pas. Seul comptait le résultat. Ils n’avaient pas tort, son savoir avait un prix et n’hésitait pas à le leur facturer. Mais comment expliquer tout cela à un enfant de huit ans seulement, quand certains adultes préféraient payer que de s’y intéresser ?
- Ecoute, c’est compliqué… Il y a un moteur de recherche qui permet de stocker des données mondiales et de les classer dans un certain ordre. Grâce à lui, tout le monde trouve ce qu’il veut en quelques clics. Il n’agit pas au hasard. Il y a une sorte de formule secrète qui permet à certains d’être les premiers. Mon rôle, c’est de faire en sorte que les gens qui me payent soient le mieux placés possible.
- Mais tu connais la formule ?
- Pas exactement. En fait il y a deux cent éléments qui la composent. Avec l’expérience, on en découvre certains…
- Mais demain tu la découvrais, cette formule ? Insista Sacha, l’air un peu trop sérieux pour un enfant de son âge.
- Elle existe depuis très longtemps et c’est l’un des secrets les mieux gardés au monde, bonhomme. En plus, elle évolue sans cesse.
- Oui, mais si tu trouvais la formule de base ?
- J’en rêve, et je suis loin d’être le seul, mais c’est presque impossible. » Pendant le reste de la journée, Sacha passa son temps entre un sommeil médicamenteux et l’ordinateur portable qu’il avait demandé à son père. Lorsque Solange rentra du travail, elle fut impressionnée par le calme qui régnait dans la maison. Sa première tentation, lorsqu’elle vit Emmanuel fut de lui demander s’il avait eu un appel. Rien qu’à voir l’amertume de son visage, elle préféra s’abstenir. Elle eut le réflexe de dissimuler le courrier qu’elle venait de trouver dans la boîte aux lettres avant de se reprendre et de le lui tendre.
« - Regarde un peu qui nous écrit. Lui dit-elle en lui tendant l’enveloppe qu’elle n’avait pas encore ouverte.
- L’école, mais qu’est-ce qu’ils nous veulent ? Lui répondit-il, surpris.
- Je ne sais pas. Ouvre le courrier. » Emmanuel ouvrit l’enveloppe de son index. Il ne mit que quelques minutes à parcourir la lettre. Solange vit son visage s’assombrir. Elle lui prit le courrier des mains.
« Monsieur, Madame,
Je reviens vers vous suite au malheureux accident survenu hier au sein de notre établissement. Conformément à ce que nous nous sommes dit dans mon bureau, je vous confirme que les enfants responsables du coup ayant entraîné l’accident de votre fils ont été exclus trois jours et seront soumis à un suivi psychologique. Je vous affirme à nouveau que notre établissement ne saurait voir sa responsabilité engagée et que suite à l’enquête que j’ai personnellement diligentée, aucun manquement n’apparaît. Je vous informe en outre que quel que soit votre émoi, je ne saurais tolérer les menaces que vous avez proféré à mon égard lorsque vous avez quitté mon bureau. Si elles venaient à se reproduire, je serais contrainte de déposer plainte à votre encontre. En outre, vous voudrez bien me transmettre le certificat médical justifiant de l’absence de Sacha. Vous aurez par ailleurs l’obligeance de vous rapprocher de son institutrice afin d’établir un programme de devoirs pour que Sacha n’accumule pas de retard dans son programme et ne soit pas pénalisé par ce malheureux incident.
Veuillez agréer, Monsieur, Madame, mes sincères salutations. »
« -C’est honteux ! Hurla Emmanuel en désignant le courrier d’un index vengeur. Ils se foutent de nous !
- Chut ! Le petit va t’entendre… Lui dit Solange, visiblement inquiète.
- Ecoute, je t’avais que j’attendrais trois jours pour les parents, mais pour elle… Pas question ! J’écris immédiatement au rectorat ! Pour qui se prend-elle, cette pécore ! Des menaces… Et puis quoi encore ? C’est nous qui avons battu Sacha !
- Calme-toi, je t’en prie. Tu as raison, je le sais bien, mais calme-toi. Nous avons toutes les preuves de ce que nous avançons. Ce qu’elle dit ne tient pas la route, c’est évident et personne ne la croira.
- Ca ne va pas se passer comme ça !
- Oui. Nous allons faire le nécessaire. »

Lire la suite: Dès le lendemain, Solange posta un recommandé​

Commenter cet article