Il faisait un temps magnifique.

Publié le par Sandrine

Il faisait un temps magnifique. C’était dimanche et la plage était envahie par les familles du cru venues en profiter pleinement avant l’arrivée des touristes. Claire était passée à l’improviste chez sa sœur. Elle savait qu’Emmanuel et elle travaillaient d’arrache-pied. Aussi leur proposa-t-elle d’emmener Sacha à la plage. Divorcée et sans enfants, elle n’avait pas d’obligations familiales. Et surtout, elle adorait ce drôle de petit bonhomme.
« -Il est blanc comme un navet, ton fils. Passer quelques heures au soleil lui fera le plus grand bien.
-Tu n’as pas tord mais… Lui répondit Solange, inquiète.
-Il ne lui arrivera rien. C’est une simple sortie à la plage. Il faut que tu le laisses un peu vivre, ma grande. Et puis, je serai là pour m’occuper de lui. » Sacha s’entendait admirablement avec sa tante. Ils nagèrent, firent une partie de raquettes de plage et lurent sous la douce chaleur du soleil. Claire était en train de ranger les draps de bain dans son panier quand elle vit un homme ventripotent s’approcher de Sacha et lui mettre la main sur l’épaule. Aussitôt, elle se mit derrière l’enfant.
« -Bonjour Sacha. Tu me reconnais n’est-ce pas ? Je suis le père de Maxime. L’enfant recula d’un pas.
-Que lui voulez-vous ? Demanda Claire.
-Il paraîtrait que tu es doté d’une intelligence supérieure, alors tu vas comprendre facilement ce que je vais te dire : ne t’avises plus jamais de mentir comme tu l’as fait. Par ta faute, Maxime a eu des ennuis à l’école et c’est quelque chose que je n’apprécie pas. Si tu avais été poli, il ne te serait rien arrivé. Il est là. Si tu veux présenter des excuses, c’est le moment. Sacha adressa un regard désespéré à Claire.
-Monsieur, Sacha n’a pas d’excuses à présenter à qui que ce soit. Si vous aviez voulu apaiser les choses, dans un premier temps, il aurait été judicieux de téléphoner à ses parents pour prendre de ses nouvelles, or vous ne l’avez jamais fait. Ensuite, vous parlez d’éducation, si vous aviez appris à votre fils que les conflits ne se résolvent pas par la violence, rien ne serait jamais arrivé. Et si vous souhaitez des excuses pour une histoire où, selon vous, les torts seraient partagés, il aurait été de bon ton d’envoyer Maxime régler cela avec Sacha et de ne pas vous en mêler. C’est facile de jouer les forts en gueule avec un gamin, c’est une autre paire de manches d’agir en adulte responsable.
-Les accusations portées contre mon fils sont totalement fantaisistes. Cela a eu des conséquences désastreuses. J’ai un certificat médical qui atteste qu’il est…
-Ca ne m’intéresse pas. Si vous avez un problème, débrouillez-vous pour le régler avec ses parents. En attendant, je vous interdis d’adresser la parole à mon neveu. » Elle prit Sacha par la main, se saisit de son panier de l’autre et planta là l’homme fou furieux de s’être fait remettre vertement en place en public.

Lire la suite: Sitôt renté, Sacha se précipita dans sa chambre.

Commenter cet article