Le lendemain, Solange trouva un courrier émanant de l’académie.

Publié le par Sandrine

Le lendemain, Solange trouva un courrier émanant de l’académie. Elle était épuisée après sa journée de travail mais la perspective de voir la situation scolaire de Sacha se normaliser la réjouissait suffisamment pour qu’elle ne diffère pas la lecture de cette lettre.
« Monsieur, Madame,
Je vous rappelle que votre enfant de moins de seize ans est en obligation scolaire. Cependant, il est absent sans justification depuis plus d’un mois. Vous voudrez bien nous adresser un justificatif permettant de régulariser cette situation sans délais faute de quoi nous serions contraints d’en référer aux instances concernées. Nous sommes toujours à la recherche d’une solution pour que votre fils intègre une nouvelle classe adaptée à ses besoins. Cependant, durant cette période, il est tenu de reprendre normalement les cours en l’absence de justification médicale. » Solange froissa la feuille et la lança sur la table basse. Décidément, rien ne leur serait épargné ! Emmanuel sortit de son bureau et lut la profonde colère qu’elle éprouvait sur le visage de sa femme. Il défroissa la lettre et la parcourut à son tour.
« -Ils abusent : non seulement nous leur avons envoyé le certificat en recommandé, mais en plus il ne reste même pas dix jours d’école avant les vacances scolaires. Conclut-il, amer.
-Il faut que nous fassions quelque chose… Ca devient insensé !
-Nous allons prendre un avocat. Il saura régler ça mieux que nous.
-Tu as l’air épuisé, Manu.
-Oui, et ce n’est pas ce soir que je vais pouvoir me coucher de bonne heure…
-Qu’est-ce qui t’arrive ?
-Un virus a infecté une dizaine des sites de nos clients. Ce n’est pas bien méchant, mais il faut tout remettre en place.
-Tu n’as pas de contrat de maintenance. Lui rappela-t-elle.
-Je sais. Mais ce sont nos clients les plus anciens…
-Tu penses que c’est dirigé contre toi ?
-Je ne peux pas avoir de certitudes, mais je n’ai pas le cœur à les abandonner…
-Tu en fais trop ces temps-ci… Nous n’allons pas pouvoir continuer bien longtemps à ce rythme.
-Je serai bien tenté de prendre une petite semaine de vacances mais…
-Qu’est-ce qui t’en empêche ?
-Bloogle. Ca m’étonnerait qu’ils en restent là. Je veux pouvoir réagir rapidement en cas de problème.
-Que veux-tu qu’ils te fassent ?
-Les hackers ne manquent pas d’imagination…
-Allons, tu ne crois pas que s’ils avaient eu une solution de ce genre ils ne l’auraient pas utilisée au lieu de te proposer de l’argent ? Ce sont des hommes d’affaires, pas des philanthropes…
-Tu as raison. S’ils savaient que c’est un petit bout de huit ans qui leur tient la dragée haute, ils en seraient malades !
-Va savoir, ils l’auraient peut-être recruté…
-Le travail des enfants est interdit ! » Lui rappela-t-il en souriant.

Lire la suite: Emmanuel était encore devant son ordinateur

Commenter cet article