Le véhicule de la police municipale...

Publié le par Sandrine

Le véhicule de la police municipale se gara le long du trottoir, devant l’hôtel dans lequel la production avait réservé les trois chambres. C’est sous une pluie battante que tous sortirent des véhicules et se rejoignirent dans le hall.
« -Alors, Monsieur le Maire… Vos petits effets ont eu un succès fou, à n’en pas douter ! L’interpella immédiatement Henry. L’homme parut surpris. Il leur désigna une table d’un geste de la main et commanda des alcools forts.
-Décidément, maintenant que tout est fini, vous n’avez rien à me dire ? Insista-t-il.
-Non. Je suis surpris de votre réaction. Il me semble que nous vous avons accueillis avec beaucoup de bienveillance et que nous avons tout mis en œuvre pour vous aider.
-Vraiment ? Vous êtes bien sûr de ne rien avoir à vous reprocher dans ce qui s’est passé ?
-Et comment voulez-vous que j’y sois pour quelque chose ?
-Je ne sais pas moi…
-Ecoutez, grâce à vous, il est certain que nous risquons d’avoir un petit regain touristique… Mais les gens du cru vont être terrifiés. Qui me dit que certains administrés ne vont pas préférer déménager ? Ce serait une catastrophe pour le maintien des infrastructures locales. Vous me paraissez bien agressif pour un chercheur en paranormal… Ne croyez-vous donc pas en ce que vous faites ?
-Que vient faire la croyance dans tout ça ? Si vous voulez que je vous parle de ce que je sais à ce sujet, c’est bien simple : il n’y a jamais eu une preuve tangible de hantise durant toutes les enquêtes que nous avons effectuées. Et là… C’est un véritable festival ! Le maire regarda le feu qui crépitait dans la cheminée à côté d’eux.
-Je ne sais pas ce qui s’est passé. Mais je sais que nous n’y sommes pour rien. Confiez votre vidéo à des experts, ils vous diront qu’il n’y avait aucun trucage. Vous me semblez prendre tout cela avec beaucoup de légèreté… Vous n’êtes pas sceptique, vous êtes cynique ! Durant l’émission, j’ai reçu une dizaine de coups de fils de gens terrifiés. On m’a même déjà demandé de faire raser le presbytère… Vous, demain, vous serez partis. Moi, je vais devoir faire face à une panique populaire. Laminster est un petit village. Il risque bien de se vider de ses habitants et de mourir. Cela fait plus de vingt ans que je suis maire et je n’ai jamais eu à gérer une crise pareille…
-Il suffira d’expliquer aux habitants que tout cela n’est qu’un bluff publicitaire… Répliqua Henry, mordant.
-Je ne veux pas mentir. La légende du presbytère est déjà bien ancrée dans les esprits. Mais il n’y avait aucune preuve… Grâce à vous, c’est chose faite et la peur gagne du terrain. Je vois que je ne parviendrai pas à vous faire entendre raison… Nous vous retrouverons devant l’hôtel et nous vous aiderons à charger votre matériel. Après ça, vous quitterez la ville.
-C’est ce que nous comptions faire, de toutes façons. Par contre, s’il vous venait à l’idée de dire qu’il s’agit d’une supercherie pour vous sortir de ce guêpier, soyez gentil de ne pas nous mettre en cause : nous n’avons pas triché.
-C’est pour m’assurer de votre honnêteté que je me ferais accompagner par la police municipale. Une vérification complète de la maison et de votre matériel sera effectuée avant votre départ. Robert va passer la nuit ici pour s’assurer qu’il ne vous prend pas l’envie d’une petite promenade nocturne. Même si je reste malheureusement persuadé que ce qui s’est passé est hélas bien réel. J’en ai des preuves dans le dos. Pour ma part, j’irai voir un prêtre exorciste dans les meilleurs délais. Vous devriez faire de même, mon ami… Dit-il à Karl. Messieurs, je vous souhaite une bonne fin de nuit. » Conclut-il en se levant lourdement.

Lire la suite: Deux heures plus tard...

Publié dans Le règne des ombres

Commenter cet article

ghislaine 01/09/2014 07:00

merci de votre passage , j'ai lu toutes les pages avec intérêt .j'attend la suite .