Lorsque Edward vint accueillir les Delponte

Publié le par Sandrine

Lorsque Edward vint accueillir les Delponte, il n’en crut pas ses yeux. Certes, il avait reconnu le petit garçon portant son nounours dans ses bras au premier coup d’œil, mais quelque chose l’interpella qu’il ne parvint pas à s’expliquer immédiatement. Sacha semblait transfiguré. Et soudain, il comprit ce qui avait changé : il souriait ! Ce petit visage de cire qu’il avait vu à Toulon avait à présent une véritable expression. Il n’attendit pas ses parents pour rejoindre l’homme qui s’avançait vers eux.
« -Edward, où est John ?
-Il t’attend au bureau. Il veut te montrer ce que tu lui a permis de faire.
-Il m’en veut toujours ? Lui demanda-t-il timidement.
-T’en vouloir ? Mais pourquoi diable ? Tu as fait des miracles, Sacha. Mais dis-moi plutôt comment s’est passé ton voyage ?
-C’était long et assez ennuyeux. ? Edward salua cordialement Emmanuel et Solange.
-Bienvenue dans votre nouvelle vie ! Je crois savoir qu’à présent vous pouvez envisager cela sereinement… Leur dit-il en leur tendant un exemplaire du quotidien toulonnais.
-Oh ! Ce n’est qu’un début, il se pourrait bien que Sacha ait des cheveux blancs avant que tout cela ne soit terminé.
-Ils ont fait des aveux… Releva Edward.
-C’est un bon début. Concéda Solange. Mais à quel prix… Soupira-t-elle.
-Sacha a fait preuve d’un sang froid extraordinaire. Lui rappela Emmanuel.
-Et il a aussi fait des cauchemars pendant toute la semaine qui a suivi.
-Il saura faire face. Faites-moi confiance, je sais de quoi je parle. Venez, John a hâte de vous revoir. » Durant le trajet, Sacha ne dit pas un mot. Il était émerveillé par le paysage qu’il découvrait. Ce qui le frappa essentiellement fut une sensation de gigantisme. Soudain, il eut l’impression tout à la fois de mieux respirer, d’être plus libre et en même temps, de se sentir si petit qu’il en devenait insignifiant. Lorsque la voiture s’arrêta devant le complexe frappé aux couleurs de Bloogle, il se demanda où se situaient exactement les locaux de l’entreprise. Il ne pouvait imaginer qu’ils constituaient l’ensemble des bâtiments. Docilement, il suivit Edward à travers le dédale de couloirs. Emmanuel et Solange, s’ils parvenaient à mieux dissimuler leur trouble, étaient néanmoins tout aussi impressionnés. Edward allait frapper mais ce fut John qui ouvrit la porte, prévenu de leur arrivée par sa secrétaire.
« -Bienvenue chez vous ! Leur dit-il, une bouteille de champagne à la main. Solange, intimidée par la taille du bureau, eut un mouvement d’hésitation au moment d’y entrer. Emmanuel la prit par la main et l’entraîna à sa suite. Sacha, lui, avait retrouvé l’aisance propre aux enfants et s’était déjà installé à côté de John, son ours en peluche sur les genoux.
« -Tu m’en veux toujours ? Lui demanda-t-il de but en blanc. John examina l’enfant quelques secondes puis posa la bouteille qu’il était sur le point d’ouvrir et se mit face à lui, presque agenouillé pour être à sa hauteur.
-Il faut que je t’explique. On t’a déjà dit que tu avais le syndrome du savant, n’est-ce pas ?
-Oui, plus ou moins…
-Bon, et bien maintenant, c’est dit. Il y a deux manières pour l’avoir. Soit c’est inné, soit c’est accidentel. Lorsque j’étais adolescent, j’ai eu un grave accident de voiture, je suis resté deux semaines dans le coma. C’est là que les choses ont changé pour moi. Internet prenait de l’essor. J’ai eu l’idée de créer Bloogle. Seulement, si j’avais plus de mémoire et de facilité d’analyse que les autres, j’avais des difficultés folles à imaginer l’algorithme. Tu t’apercevras vite que la créativité n’est pas notre point fort… Ca m’a pris un temps fou. Et c’est précisément parce que la création de Bloogle s’est faite dans la douleur que j’y tiens autant. Nous sommes pareils, Sacha. Alors non, rassure-toi, je ne t’en veux pas et nous allons faire de grandes choses ensemble. » Emmanuel et Solange, ébahis de ce qu’ils venaient d’entendre, restèrent muets. Soudain, en regardant l’homme face à eux d’un œil neuf, la plupart de leurs craintes concernant leur fils s’évanouirent.

FIN

Commenter cet article