Qu’est-ce qui se passe, Karl ?

Publié le par Sandrine

-Qu’est-ce qui se passe, Karl ?
-Ma main, regarde, ça brûle ! Denis pointa l’objectif de la caméra sur la main de son ami et fit un gros plan. Trois grosses griffures la barraient de part en part.
-Je crois que tu n’es pas invité à notre petite sauterie, Karl ! Pourquoi n’aimez-vous pas Karl ? « Il croit ! »
-Oui, je suis chrétien, mais je ne suis pas prêtre… Se défendit-il. D’ailleurs, vous n’êtes pas une femme… Qui êtes-vous ? Aucune réponse ne lui parvint.
-Qui êtes-vous ? Reprit Henry. Moi, je m’appelle Henry. Vous pourriez vous présenter si vous voulez que l’on trinque ensemble. « Souverain… Bois ! »
-Attends, « souverain » ce n’est pas un nom ça… Répliqua Karl. « Chut ! » Emit l’enregistreur.
-Allez, soyez sympa, c’est votre vrai nom, « souverain » ? « Règne… »
-Je ne comprends rien à rien… Dit Karl dans un souffle.
-Allez, soyez sympa, répéta Henry, quel est votre nom ? « Majesté »
-Attends, si je ne rêve pas, il veut que tu t’adresses à lui comme à un roi, il ne te donnera pas de nom…
-C’est un roi qui veut boire un verre avec moi ? « Bois au règne… Obéis ! » La voix s’était faite plus forte, autoritaire, presque menaçante.
-Je n’aime pas ça. Lui dit Karl. Ecoute, on le sait tous : trois griffes, c’est démoniaque… Et là, on a l’impression qu’il veut que tu te livres à un rituel avec lui… Je serais toi, je n’y toucherais pas, à cette bouteille… Ils entendirent soudain un bruit de pas juste au-dessus d’eux.
-Ca vient du salon, allons-y ! Leur ordonna Henry, plutôt soulagé de quitter la cave et le curieux personnage qu’elle abritait.
-Ca alors ! S’exclama Denis. Toutes les bougies de la pièce étaient allumées et jetaient des lueurs inquiétantes sur les murs. Il se figea, incapable du moindre mouvement, pris d’une peur panique de provoquer quelque chose de plus incroyable encore. Il s’ébroua pour recouvrer un peu de lucidité.
-Qui est là ? Demanda Karl, la gorge serrée par la peur.
-Attends ! Lui intima Henry. On laisse tomber l’enregistreur. On va prendre la Spirit Box. C’est un appareil qui diffuse un bruit blanc en balayant les stations de radio à toute vitesse, permettant aux esprits de se faire entendre. Ca permet un contact plus spontané que l’enregistreur. Expliqua-t-il à l’adresse du public tandis que Karl allumait l’appareil dont un grésillement s’éleva.
-Qui est là ? Reprit Karl.
-Cessez…
-C’est une voix de femme. Remarqua Henry.
-C’est vous qui avez allumé les bougies ? Reprit Karl.
-Fuir… Ombres… Cessez. Reprit la voix.
-C’est pour faire fuir les ombres, c’est bien cela ?
-Assez… Lui répondit-elle.
-Qui est l’homme qui nous a parlé en bas, à la cave ? Continua Henry.
-Maître… Dictateur. Fuyez ! L’injonction de fuir avait été prononcée sur le ton d’un cri de supplication.
Lire la suite: J’ai là chair de poule, là !

Publié dans Le règne des ombres

Commenter cet article

la nonna 18/08/2014 18:54

comme j'aime lire ce roman,,,,,

Desse romans 18/08/2014 19:48

Je vais rougir!