Regardez ! Intima-t-il à l’huissier...

Publié le par Sandrine

« -Regardez ! Intima-t-il à l’huissier. Le rideau ! Hier, juste avant que nous ne partions, il avait été arraché et roulé en boule au pied de l’évier… Comme une provocation, il était à sa place, sagement posé sur sa tringle, battant doucement dans le courant d’air créé par les portes ouvertes.
-Je veux une copie de vos enregistrements. Lui dit simplement l’huissier, continuant son examen minutieux de chaque recoin de la pièce. Après un temps qui parut infini à Henry, il descendit les escaliers.
-Ce n’est pas possible ! S’exclama-t-il à nouveau. Quelqu’un est entré ici… Dans la cave, les trois bouteilles avaient disparu et aucune ne manquait sur les rayonnages.
-C’est à moi d’en juger, Monsieur. Répliqua froidement l’huissier. Il soupira. Il venait d’enregistrer cet échange sur son dictaphone. Il rembobina l’enregistrement et le lut pour s’assurer de n’avoir pas été trop loin.
« Etre stupide ! » Entendit-il distinctement. Henry et le maire frissonnèrent. Ils avaient reconnu la voix de la veille.
« -Sortons ! Dit aussitôt le maire. L’huissier leva un sourcil surpris.
-Ce ne sont que des parasites. Cette bande n’est pas neuve. Voyons, qu’allez-vous penser ? Dois-je vous rappeler que nous sommes ici pour trouver les traces d’une supercherie ? Lui dit-il, glacial. Le maire se rembrunit et le suivit à l’étage. Lorsqu’il eut fini d’expertiser la pièce, le maire l’interrogea :
-Alors, avez-vous trouvé quelque chose ?
-Non. Il faut croire que vous êtes tombé sur des rois de la prestidigitation.
-Mais il devrait y avoir une trace, quelque chose qui indique que…
-Je ne peux vous rapporter que ce que j’ai constaté et en l’occurrence, il n’y a rien du tout. Pour ma part, l’affaire est close. Le maire se passa une main lasse sur le visage.
-Henry ! L’appela-t-il. Je sais bien qu’hier je vous ai demandé de partir rapidement du village. J’étais un peu nerveux et… De toutes façons votre ami a encore besoin de repos… Voilà, une grande chaîne nationale d’information m’a contacté. Ils proposent de faire un reportage sur les évènements de la nuit. Ils mettent à notre disposition des experts qui pourront donner leurs avis professionnels… Accepteriez-vous de collaborer ? Henry réfléchit une minute.
-J’ai une quotidienne à tourner. S’ils acceptent d’être filmés, je suppose que nous pouvons trouver un compromis. Par contre, je veux leurs noms. Je tiens à m’assurer de leur sérieux. Je n’ai pas envie de ruiner ma carrière sur leurs dires.
-Vous les aurez. Mais je puis vous assurer que ce sont des gens très compétents.
-Vous l’avez reconnue vous aussi, n’est-ce pas ? Lui dit-il brusquement en parlant de la voix qui s’était exprimée sur le dictaphone de l’huissier.
-Ma foi, il m’a bien semblé, mais nous sommes tous fatigués et je ne saurais en mettre ma main à couper… C’est délicat.
-Imaginons une minute que les experts attestent qu’il n’y a aucune supercherie… Que ferez-vous. Lui demanda-t-il très sérieusement. Le maire soupira.
-Je ferai le nécessaire pour rassurer la population.
-Vous allez raser le presbytère ?
-Mais non, enfin ! C’est un bâtiment classé. Je suppose qu’il faudra procéder à un exorcisme.
-Vous entrez dans le jeu des hystériques en faisant cela. Le prévint-il.
-Attendons d’abord l’expertise. J’aviserai après. Puis-je vous inviter à déjeuner en attendant leur arrivée ?
-Avec plaisir. Je dois d’abord passer quelques coups de téléphone.
-Je vous attendrai à l’auberge située en face de votre hôtel. »
Lire la suite: Malgré les recommandations du médecin...

Publié dans Le règne des ombres

Commenter cet article