Boubou le maudit

Publié le par Sandrine

Pour Elise, les vides greniers étaient bien plus qu’un moyen de faire quelques économies. C’était presque une philosophie. Jeter un objet qui pouvait encore servir lui était inconcevable. C’est pourquoi elle déambulait dans les allées du petit marché organisé par la commune en ce week-end d’octobre. Léo, son fils de trois ans, s’agitait dans sa poussette, il ouvrait de grand yeux envieux et tendait ses petites mains pour tenter de toucher tout ce qui avait la bonne idée de se trouver à sa portée. Sagement, Elise gardait la poussette à bonne distance des étals. Elle commença par opérer un tour de repérage avant de revenir vers les vendeurs qui avaient su susciter son intérêt. Léo était visiblement tombé amoureux d’un ours en peluche tout rapiécé. Elise hésitait. Elle savait bien que son fils aurait tendance à le porter à sa bouche et soudain, le concept de l’occasion perdait de son intérêt. Mais Léo ne semblait pas partager ses réticences. Jamais encore il n’avait manifesté un si vif intérêt pour un jouet.
« -Madame ! La héla la femme qui se trouvait derrière l’étal. Elle lui tendait le nounours. Je vois que votre fils a eu un coup de cœur pour lui. Permettez-moi de le lui offrir… Elise rougit. Elle eut soudain peur que la vendeuse croie que ce soient les quelques euros que coûtait le jouet qui la retenaient. Elle était d’autant plus rétive qu’elle ne pouvait expliquer la nature de ses inquiétudes à la femme qui tendait l’objet de ses désirs à Léo qui rougissait déjà de plaisir. Mais il fallait qu’elle réagisse avant qu’il ne l’ait dans les bras. Après, Léo ne serait plus en mesure de comprendre qu’elle le lui confisque.
-Oh ! Vous savez, ce n’est qu’un caprice. Sa chambre regorge déjà de peluches de toutes sortes…
-C’est le cas de tous les enfants. Il a appartenu à mon fils… C’est curieux… Il l’a eu dans les mêmes circonstances… Observa-t-elle comme pour elle-même. Un voile de tristesse passa sur son visage. Elle détourna le regard quelques instants. Vous savez, il est usé mais il est propre. J’ai fait le nécessaire. C’est d’ailleurs moi qui l’ai raccommodé quelques fois… Elle s’empourpra davantage. Elle n’eut plus la force de s’opposer à l’insistance de la mère qui lui faisait face. Elle lui sourit et hocha positivement la tête.
-C’est très gentil à vous. Je vous remercie. La femme fit le tour de son étal et déposa elle-même le jouet dans les bras de Léo.
-Il est très beau. Prenez bien soin de lui. » Lui recommanda-t-elle avant de regagner sa place. Elise se demanda un instant si elle avait parlé de son fils ou de l’ours. Elle la remercia à nouveau et s’éloigna un peu plus vite qu’elle ne l’aurait réellement voulu. Elle s’arrêta quelques mètres plus loin. Elle avait vu quelques coupons de tissu qui lui avaient plu.
« -Ah ! Je vois que Boubou a trouvé preneur ! Lui dit gaiement la cinquantenaire qui tenait le stand. Elle était connue dans le village pour être l’une des plus grandes pipelettes qui soit. D’ailleurs, elle participait moins au vide grenier pour se débarrasser d’objets dont elle n’avait plus l’usage que pour glaner quelques ragots.
-Oui, il faut croire que le charme de Léo a opéré.
-Madame Alvis est une femme charmante. Je suppose que votre fils lui a rappelé le sien…
-Oui, sans doute… Elise n’aimait pas les cancans.
-La pauvre, elle n’est plus la même depuis qu’il n’est plus là… Vous vous rendez compte : un petit bout de cinq ans… Il était tellement beau, ce gamin. On ne saura jamais ce qui s’est passé ni pourquoi il est passé par la fenêtre cette nuit-là. Les enfants ne devraient jamais partir avant leurs parents… Ah ! La pauvre… » Soupira-t-elle à nouveau. Elise regarda le nounours avec effroi. Elle s’ébroua pour se défaire de cette crainte insensée et presque superstitieuse. Elle paya le prix affiché du tissu sans même chercher à négocier tant elle avait hâte de mettre fin à ce bavardage inconvenant. La commère la couva d’un œil plein de déception en la voyant s’éloigner. Décidément, les jeunes ne prenaient plus plaisir aux petites choses simples de l’existence, comme une conversation… Ce n’était pas étonnant, pour le coup, qu’Elise et son mari soient si peu connus. Fraîchement arrivés, ils auraient du mal à s’intégrer s’ils restaient aussi distants.

Lire la suite: Elise regardait son fils jouer avec le nounours.

Elise regardait son fils jouer avec le nounours.

Dans le salon au confort douillet...

Lorsqu’elle se réveilla le lendemain matin...

Elise s’éloigna un peu du bonhomme de neige...

L’argumentation de Fiona...

Il se passa une semaine pendant laquelle...

Le ventre d’Elise commençait à s’arrondir.

Léo resta presque une semaine à l’hôpital...

Léo avait grandi.

Elise était stupéfaite...

L’édifice religieux était désert.

Il était dix heures le lendemain quand on sonna à la porte.

Le lendemain, Elise qui s’était levée aux aurores...

Il était plus de trois heures du matin

François sortit quelques jours plus tard de l’hôpital.

Publié dans Boubou le maudit

Commenter cet article

coeurdefleur 19/10/2014 12:02

La lecture achevée qui est très bien écrite est passionnante avec du suspens que j'ai lu avec attention .
Très beau,intéressant félicitation .Bon dimanche et une bonne semaine .Merci de ta visite .bise.Coeurdefleur.

Monicalisa 12/10/2014 17:49

Joli site et écrit passionnant et prenant, du beau travail, bravo !

Merci beaucoup pour votre message sur mon site auquel je suis très sensible. Je n'y ai pas répondu tout de suite car je suis partie deux mois pour raison de vacances et pour faire de la photographie qui est ma passion avec la poésie. Bravo pour la qualité de votre site et au plaisir de vous revoir. Bien cordialement. Monique

mamynette 02/10/2014 11:22

Merci de partager ces lectures. Et merci de ta visite.
A bientôt

Perle de KaOlin 29/09/2014 12:51

Un univers bien différent du mien ... mais qui a toutefois un point commun : s'évader et faire rêver ... Merci pour votre com sur mon blog. Je reviendrai vous lire ...

Cécile 28/09/2014 12:21

Intrigant ce nounours! Bon dimanche :)

Eki eder 27/09/2014 21:13

un texte agréable à lire. Une autre vie pour ce nounours.

Mousse 27/09/2014 18:49

Coucou,
Bon week-end.

Pépite 26/09/2014 17:05

Super blog, c'est une excellente idée de publier des chapitres en intégralité. C'est un exercice qui pourrait intéresser les professeurs de français ou les professeurs-documentalistes comme moi. Bises!

maevina 26/09/2014 13:25

joli moment plein de tendresse

angedra 20/09/2014 11:04

Boubou a choisi Léo et Léo l'a choisi aussi..... On ne peut rien faire contre les coups de foudre !
Ils se sont choisis pour se rassurer tous les deux.
Bien écrit qui donne envie de lire la suite.

NanyFran 19/09/2014 20:04

Mille excuses pour le retard de ma visite... J'aime beaucoup votre blog, moi qui adore lire, en ce moment je suis sur le fantasy, mais j'ai apprécié ma lecture ici. Merci.

120streetcook 17/09/2014 15:52

bravo c'est fluide tu as le flow c'est cool et j'aime bien les nounours ^^ bravo très bien écrit j'y connais pas grand choses mais j'ai tout lu donc c'est bien :)

Val 16/09/2014 18:49

Merci de ta visite. Je te suggère de tester avec un autre poisson, hi! avec moins d'arêtes! Bisous

shannene 16/09/2014 09:30

j'aime beaucoup les brocantes et il est vrai que nous ne connaissons pas toujours l'histoire des objets que nous achetons ... Biz et à bientôt !

gourmandes 15/09/2014 21:20

très belle histoire avec beaucoup de suspens ce qui donne toujours envie de lire encore et encore!

Christiane 14/09/2014 19:14

du suspens.... j'aime beaucoup
douce fin de journée
Christiane

Carmencita 13/09/2014 16:57

Un bon suspens jusqu'au bout, très bien écrit, merci de ton com bon weekeend

Anayaku 12/09/2014 12:52

Très bien écrit, cela laisse un tas de suspens finalement par les paroles de la vieille femme... !

Mousse 08/09/2014 12:52

Bonjour,
Je t'ai lu attentivement, bravo, très bien écrit !
Bonne semaine.