Il se passa une semaine pendant laquelle...

Publié le par Sandrine

Il se passa une semaine pendant laquelle le petit garçon ne dormit pour ainsi dire pas. Il était à présent cerné et ses yeux verts luisaient d’une lueur inquiétante. Il débordait d’énergie, riait pour un rien, mais ses jolies joues roses étaient devenues blêmes et se creusaient. Elle l’avait pesé et mesuré. Il n’avait pas grandi mais il avait terriblement maigri. Les repas étaient devenus une corvée. Il refusait de manger. Quoi que sa mère lui prépare, lui qui avait un solide coup de fourchette habituellement, faisait à présent la moue et repoussait son assiette. Au début, François avait tenté de minimiser le problème, mais à la fin de la semaine, il fut bien obligé d’admettre que son fils n’était plus le même. Il fut donc décidé de prendre rendez-vous chez le pédiatre pour s’assurer de sa santé. Le médecin les reçut rapidement. L’examen clinique ne laissa rien apparaître d’autre qu’une soudaine hyperactivité et un amaigrissement. Il demanda à ce que des analyses sanguines soient pratiquées. Elles ne révélèrent rien de plus. Il décida donc de lui prescrire un somnifère léger. Elise répugnait à cela, mais Léo avait besoin de sommeil. Le soir même, elle lui administra le sirop. Lorsqu’elle alla se coucher vers vingt-trois heures, elle ouvrit doucement la porte de la chambre de Léo. Il dormait à poings fermés. Pendant quelques jours, tout redevint normal. Elise reprenait espoir. Hélas, cela ne dura pas et le sirop eût tôt fait de ne plus avoir aucun effet sur le petit garçon. Elle prit donc l’initiative de le conduire chez un pédopsychiatre. Il diagnostiqua une légère hyperactivité et lui prescrit de nouveau médicaments pour tenter de juguler l’énergie débordante du petit garçon. Là encore, le traitement fut parfaitement efficace pendant une quinzaine de jours, puis l’état de Léo se dégrada à nouveau. Cette fois-ci, Elise autant que François commençaient à désespérer. Ils ne savaient plus vers qui se tourner pour obtenir de l’aide. Fiona leur conseilla un homéopathe, son traitement s’avéra totalement inopérant. Début Novembre, Léo était d’une maigreur effrayante. Le médecin lui prescrivit de quoi lui redonner un peu de forces et d’appétit. Comme les autres traitements, il n’eut qu’une efficacité très temporaire.

Lire la suite: Le ventre d’Elise commençait à s’arrondir.

Publié dans Boubou le maudit

Commenter cet article

la nonna 08/09/2014 16:38

pauvre petit coeur