Léo avait grandi.

Publié le par Sandrine

Léo avait grandi. Il n’avait gardé aucune séquelle de la mystérieuse maladie qui l’avait frappé. Elise avait donné naissance à une adorable petite fille, Sophie, qui avait à présent deux ans. Léo était littéralement tombé amoureux de sa petite sœur sitôt que son regard s’était posé sur elle et il était devenu un grand frère protecteur et attentionné. A quelques jours de Noël, il décida qu’il était temps de faire le sapin. François se rendit en ville pour le choisir. Elise était montée au grenier pour y prendre les décorations. Léo avait voulu la suivre. Cet endroit auquel il n’avait pas accès habituellement le fascinait. Alors qu’Elise fouillait dans les cartons pour trouver celui qu’elle cherchait, Léo explorait les lieux et chaque objet qu’il découvrait lui semblait être un trésor. Il retrouvait avec émerveillement tous ses vieux jouets. E parmi eux… Boubou ! Il le prit à bout de bras et l’examina attentivement. Elise eut un long frisson d’horreur en découvrant l’ours dans les bras de son fils. Tétanisée, elle ne put réagir.
« -Il est très moche.
-Tu te souviens de lui ? Lui demanda-t-elle d’une voix légèrement tremblante.
-Oui… Un peu. Il y a beaucoup de jouets ici. On devrait les donner. Il y a une collecte à l’école demain pour les enfants pauvres… Il reposa l’ours sur le carton. Elise ferma les yeux une seconde pour tenter de recouvrer son calme.
-Et lui ? Demanda-t-elle en le désignant du menton.
-Les enfants ne vont pas le trouver beau. Tu devrais essayer de t’en débarrasser autrement. » Elle lui sourit, à présent elle était vraiment soulagée. Boubou ne nuirait plus à ses enfants. Elle répugnait toujours autant à jeter des objets qui pouvaient avoir une seconde vie. Dans l’après-midi, aidée de Fiona, elle sélectionna les jouets destinés à la collecte de l’école et tout un tas d’objets divers qu’elle avait conservés au cas où… Et dont elle n’avait jamais eu l’utilité. Elle décida de les mettre en vente sur un site d’enchères sur Internet. Faire rentrer quelques deniers à quinze jours de Noël lui permettrait de gâter davantage ses enfants. Fiona jouait les photographes.
« -Tu veux le vendre ? Lui demanda-t-elle en observant le nounours avec une moue dubitative.
-On ne sait jamais, il trouvera peut-être preneur. Un collectionneur, par exemple…
-Il est en très mauvais état, tu n’en tireras rien.
-Si déjà il quitte la maison, j’aurais gagné quelque chose. »

Lire la suite: Elise était stupéfaite...

Publié dans Boubou le maudit

Commenter cet article

la nonna 04/10/2014 17:13

quel bon livre ça ferai.....j ai enfin terminé, je n'etais pas tres assidu...bisous (j ai adoré)