Complètement perdu, Olivier ne parvint pas à trouver le sommeil.

Publié le par Sandrine

Complètement perdu, Olivier ne parvint pas à trouver le sommeil. Pour calmer son esprit en pleine effervescence, il prit la Bible que Claude avait abandonnée. Et pour la première fois depuis très longtemps, il l’ouvrit à la première page. « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l’abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux… » Il lisait à voix haute, pour mieux se persuader du sens de ce qu’il lisait, pour s’assurer que ce à quoi il avait voué sa vie n’était pas une pure utopie. « Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, comme notre ressemblance, et qu’ils dominent sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toutes les bêtes sauvages et toutes les bestioles qui rampent sur la terre… » « Puis Yahvé Dieu dit : « Voilà que l’homme est devenu comme l’un de nous, pour connaître le bien et le mal ! Qu’il n’étende pas maintenant la main, ne cueille aussi de l’arbre de vie, n’en mange et ne vive pour toujours… » Olivier sentit une présence à ses côtés et s’interrompit. Un infirmier changeait la poche de sa perfusion.

Lire la suite: Ce passage m’a toujours fasciné. Lui dit-il.​

Publié dans Dieu est mort

Commenter cet article