Durant quarante huit heures, rien ne se produisit.

Publié le par Sandrine

Durant quarante huit heures, rien ne se produisit. Ils ne purent s’empêcher de se demander si la caméra n’avait pas été découverte et détruite. Soudain, au troisième jour, à vingt et une heure, l’attente prit fin. Claude était devant l’ordinateur.
« -On a un signal ! Cira-t-il, à la fois heureux et terriblement anxieux. Ca s’approche de la périphérie de Nantes. C’est une zone un peu paumée… C’est à Petit Mars. C’est stable, ils ne bougent plus…
-Pourvu que quelqu’un prenne l’initiative d’y aller… Espéra Olivier.
-Et qu’il arrive à temps ! » Compléta Laure.
Lire la suite: Eric accélérait comme un fou sur la petite route.

Publié dans Dieu est mort

Commenter cet article