Grâce à ceci… Répondit Joseph

Publié le par Sandrine

-Grâce à ceci… Répondit Joseph en désignant l’implant dans le flacon. Nous pensons qu’il s’agit d’une sorte d’émetteur récepteur qui fonctionne un peu comme les balises que nous utilisons pour étudier les animaux sauvages. Nous avons toutes les raisons de croire qu’ils vont se livrer à… Un examen de contrôle de leurs sujets d’expérimentation.
-Ne vont-ils pas remarquer qu’elles ont été retirées de leurs hôtes ? Demanda Olivier.
-C’est un risque. C’est pourquoi nous devons agir vite en les implantant rapidement à un nouvel hôte.
-Quelle garantie avons-nous que cela fonctionnera ?
-Aucune. Mais nous avons au moins deux chances d’y parvenir puisque nous avons deux implants…. Avec une bonne dose d’anti-rejets, le taux de réussite est raisonnable.
-Et quand bien même cela fonctionnerait, ils ne vont pas manquer de s’apercevoir que cette fois-ci il y a une plaie d’entrée, si toutefois ils sont assez étourdis pour ne pas se rendre compte immédiatement qu’ils ne sont pas en présence du bon sujet… D’autant qu’ils en attendent deux !
-C’est vrai. Je n’ai jamais dit qu’il n’y aurait pas de risques.
-Et comment un cadavre pourrait-il vous renseigner sur ce qu’il a vu ?
-Grâce à la nanotechnologie…
-Et qui sera le volontaire désigné ?
-Quelqu’un de valide ayant été exposé au virus. En cas de problème, il aura peut-être plus de chances de s’en sortir…
-Et dire que jusqu’ici, je n’avais jamais pensé au suicide… Ironisa Claude.
-J’ai bien conscience de ce que nous vous demandons. J’aurais aimé que les choses se passent autrement, j’aurais aimé vous accorder un temps de réflexion décent… Mais c’est un luxe que je ne peux pas me permettre… Différer l’intervention pour vous laisser le temps de vous engager en votre âme et conscience peut tout compromettre. J’ai besoin de votre accord dans l’instant.
-C’est fou… Plus rien ne me retient depuis que j’ai perdu ma femme et mon fils… Et pourtant… Pourquoi le nier ? J’ai peur de mourir, j’ai peur de souffrir.
-C’est tout simplement que vous n’êtes pas fou. Dans l’armée, nous avons coutume de dire que celui qui ne ressent pas la peur est un malade mental, par contre, celui qui parvient à surmonter sa peur, celui-là est courageux. Nous ne sommes que des humains… Mais il faut vous décider, et vite ! Il est neuf heures trente, les implants ont été retirés il y a presque trois heures…
-Et si je refuse, que m’arrive-t-il ?
-Rien. Vous rentrez chez vous et vous assistez tranquillement aux pires émeutes que vous ayez vues. Claude soupira et se prit la tête entre les mains.
-Il est temps de vous décider…
-En quoi consistera cette intervention ?
-Elle se fera sous anesthésie locale. Nous remettrons les deux implants dans votre main gauche. C’est tout.
-Et cette fameuse nanotechnologie ?
-Nous trufferons de sortes de caméras et de micros vos vêtements, vos lunettes, votre montre…
-Je serai un véritable cheval de Troie, en somme…
-La méthode a souvent fait ses preuves. Claude leva brièvement les yeux au ciel, vieux réflexe religieux dont il n’avait pas eu le temps de se défaire, prit une grande inspiration.
-Allez-y. Après tout, rien ne dit que cela fonctionnera. Disons qu’à défaut de Dieu, je laisse le soin au hasard de décider pour moi.
-J’espère qu’il vous sera favorable… »
Lire la suite: Pendant plus d’un mois, chaque soir​

Publié dans Dieu est mort

Commenter cet article