J’avais compris.

Publié le par Sandrine

-J’avais compris. Ce que je veux savoir, c’est quel est le but que vous poursuivez ?
-Rendre à l’homme ce qui lui a été volé. Laure éclata de rire.
-Rien que ça ! Et croyez-vous qu’il est prêt pour ça ? Croyez-vous que l’humanité en vaille la peine ? Avant de vous mettre toutes les autorités à dos, je ne saurais trop vous conseiller de vous poser toutes ces questions. Parce que honnêtement, s’il s’agit simplement de repérer l’un de ces engins et de lui tirer dessus pour récupérer un de ces spécimens dans le but de se livrer à un chantage… C’est pour le moins enfantin à réaliser. Les conséquences en revanche, me semblent de loin dépasser nos petites conceptions humaines… Je suppose que vous n’avez pas mangé… Je vous laisse réfléchir à ce que je viens de vous dire le temps que je vous prépare des sandwichs.
-Elle a un sacré caractère ! Nota Olivier.
-Je te l’ai dit : nous sommes complémentaires. Je suis l’idéaliste, et elle, la pragmatique…
-Pragmatique, c’est vite dit ! Elle vient quand même d’affirmer qu’il était facile de se procurer l’armement nécessaire à une attaque…
-Elle a raison. Nous sommes des hackers. Avec le deep web, on peut discrètement se procurer n’importe quoi très facilement. Il suffit de pouvoir payer.
-Voilà. Mangez. J’ai l’impression que l’hypoglycémie vous fait délirer ! Leur dit-elle en déposant deux énormes sandwichs devant eux.
-Discrète, compréhensive, douce et prévenante… Commença ironiquement Olivier.
-Et depuis quand un prêtre est-il expert en femmes ?
-Ex-prêtre ! Corrigea-t-il.
-Aussi innocent que l’oiseau tombé du nid. Dites-moi, que connaissez-vous de la nature profonde de l’homme ? Car je suis persuadée que ce n’est pas dans l’intimité d’un confessionnal que l’on peut y être confronté…
-Donc, selon vous, nous méritons notre sort d’animaux de laboratoire ?
-Je n’en sais rien. Mais j’y réfléchis. Nous détruisons tout autour de nous, notre principale activité est de nous taper dessus jusqu’à ce que mort s’en suive et nous nous reproduisons comme des lapins… Qu’avons-nous de plus que le rat de laboratoire ? Pourquoi ces êtres devraient-ils nous considérer autrement ?
-Nous ne sommes pas des animaux ! Protesta fermement Olivier.
-Il ne suffit pas de l’affirmer… Imaginez que demain, nous accédions à cette fameuse immortalité, tout en continuant à nous reproduire comme nous le faisons… Ce serait la fin de l’humanité !
-Mais non, enfin, nous sommes plus intelligents que cela ! Soit nous limiterions les naissances, soit nous trouverions d’autres endroits où nous établir…
Lire la suite: Nous deviendrions donc les pires parasites de l’univers !

Publié dans Dieu est mort

Commenter cet article