L’homme qui était venu les chercher les raccompagna.

Publié le par Sandrine

L’homme qui était venu les chercher les raccompagna. Claude fit mine de chercher ses clefs et s’assura que la voiture avait bien disparu. Il se pencha à l’oreille d’Olivier.
« -Réponds-moi juste par un hochement de tête… As-tu ton passeport sur toi ? » Olivier acquiesça. Claude entra silencieusement dans la maison, jeta quelques affaires dans un grand sac parmi lesquelles la prothèse et les béquilles d’Olivier et ressortit aussitôt. Il marcha calmement, veillant cependant à emprunter les plus petites rues qu’il connaissait, pour s’assurer qu’ils n’étaient pas suivis. Il s’arrêta enfin dans une boutique de vêtements. Il acheta deux tenues complètes pour Olivier et lui, ne négligeant pas ni les sous-vêtements, ni les chaussures. Il mit les anciens vêtements vans le sac et sortit de la boutique du même pas tranquille dont il y était entré. Un taxi était stationné devant la boutique. Il le prit. Il demanda au chauffeur de les conduire à l’aéroport. Il poussa Olivier jusqu’aux toilettes, il lui demanda d’enfiler la seconde tenue. Il lui demanda également de lui confier sa montre et son téléphone portable. Il les jeta dans la cuvette des toilettes et tira la chasse. Olivier l’observait en souriant d’un air entendu. Claude lui tendit la prothèse et les béquilles.
« -Lève-toi et marche ! Lui dit-il en l’aidant néanmoins à se lever. J’ai bien remarqué que tu y arrivais même si tu n’as rien voulu leur laisser voir. Débrouille-toi comme tu veux, maintenant, nous devons nous séparer. Rendez-vous à Paris à cette adresse, c’est un appartement qui appartient à une tante grabataire qui n’y a pas mis les pieds depuis des années. Je te donne un jeu de clés. Je t’y attendrais. Assure-toi qu’on ne te file pas. Nous ne pouvons pas les laisser faire. »
Lire la suite: Il était plus de minuit quand Claude poussa la porte

Publié dans Dieu est mort

Commenter cet article